Nouvelles recettes

California Zinfandel et son succès

California Zinfandel et son succès


Zinfandel, ce n'est un secret pour personne que j'ai entretenu une relation longue et intime avec vous. Il y a tellement de choses que vous avez à offrir. Parfois, vous êtes un peu rude et culbute, énervé, voire dangereux, tandis que d'autres fois, vous êtes timide ou enjoué. Mais vous êtes toujours là pour moi, avec des fruits joyeux, des notes et une structure de ronce classiques, permettant une consommation précoce, offrant un certain degré de garde et se mariant bien avec une gamme de plats large et diversifiée.

Eh bien, disons que vous êtes presque toujours là pour moi. Pendant des années, en fait, zinfandel et moi nous sommes un peu brouillés. Lorsque les alcools atteignent plus de 16%, les choses ne se passent pas bien pour zin et moi. Oui, il pourrait recueillir beaucoup de points, et plus que sa juste part d'attention, mais pour moi, le zinfandel est, entre autres, un vin d'hédoniste. Et dans cette optique, sa première responsabilité est de procurer du plaisir au buveur. Autant je pourrais être impressionné par un monstre massif et dense d'un zinfandel, en toute honnêteté, je ne trouve pas ce style agréable.

Heureusement pour nous tous, le zinfandel a récemment connu une renaissance ; non seulement les vins sont devenus plus expressifs de variété et de lieu, mais les lieux eux-mêmes sont devenus mieux appréciés. Cela est dû en grande partie aux fondateurs de la Historic Vineyard Society, une organisation à but non lucratif créée pour promouvoir, protéger et préserver les vignobles historiques de Californie. Cela vaut la peine de consulter leur site et de les remercier chaque fois que vous en avez l'occasion pour le travail qu'ils font pour mieux comprendre à quel point ces vieux vignobles sont spéciaux et à quel point les vins qu'ils produisent peuvent être uniques.

Cette remise en cause de ces vignobles particuliers a conduit de nombreux vignerons à une meilleure compréhension du terroir des grandes parcelles de vieilles vignes de zinfandel, et de leurs trésors. Il n'y a plus un seul modèle construit sur la philosophie « plus c'est mieux » qui a causé des dommages considérables à l'industrie viticole californienne au cours des deux dernières décennies (et dont nous subissons toujours les séquelles). A sa place est né un effort pour exprimer quelque chose d'unique dans chaque vin. Plus encore qu'avec le cabernet, qui à mon palais reste en proie à une monotonie née d'un modèle parfait, le zinfandel exprime le terroir.

L'idée est simple : comme beaucoup, sinon la plupart, de ces vignobles de zinfandel sont en fait des assemblages de plein champ à un degré ou à un autre, ils ne devraient pas s'exprimer de la même manière. Oui, il existe un groupe de marqueurs qu'une région spécifique peut partager, mais il n'y a aucune raison pour que les vignobles adjacents aient le même goût. Libérés d'essayer de capturer un idéal - le zinfandel par excellence de la vallée de Napa par exemple - signifie que les vignerons peuvent être plus réceptifs et meilleurs bergers des traits uniques que chaque vignoble leur offre.

Cliquez ici pour en savoir plus sur les millésimes de Zinfandel en Californie.

— Grégory Del Piaz, Snooth


21 Zinfandels incroyables à acheter dès maintenant

Le cépage américain par excellence a une réputation difficile, mais voici quelques Zinfandels remarquables à rechercher.

Zinfandel a des bagages. Tous les vins le font, mais avec le Zinfandel, il n'est pas rare d'entendre les gens parler du cépage par excellence de l'Amérique en termes trop généraux : super mûr, ouvertement axé sur les fruits, à indice d'octane élevé.&# xA0

Et bien qu'il existe certainement de nombreux Zins qui correspondent à cette description, la catégorie est bien plus large que cela, avec des vins de nuances, de complexité et de variations stylistiques sérieuses.

“YOui, cette caractérisation de Zinfandel comme super-mûr, etc. est en effet malheureuse. La réalité est bien plus complexe, a déclaré Joel Peterson, l'influent "parrain de Zinfandel" qui a fondé Ravenswood en 1976 et qui produit maintenant des vins exceptionnels sous sa nouvelle étiquette, Once and Future. 𠇎n réalité, Zinfandel a connu un certain nombre de changements de style au cours de son histoire. Dans les années 201950 et au début des années 201960, il était considéré comme un vin de table solide [et] généralement entre 12 et 13,5 % [d'alcool]. C'était peut-être le vin rouge le plus consommé en Californie, souvent en pichet. Puis, a-t-il dit, « dans les années 1960, les gens ont découvert des vins Amador très mûrs avec des alcools qui approchaient parfois les 17 % et ressemblaient souvent à du porto avec du sucre résiduel. Ces vins ont fait une brève apparition au pressoir et aux cognoscenti, mais ils ont mal vieilli et ont créé un contrecoup contre cet orgelet de vin, qui semble avoir collé à l'image du raisin.”

De nos jours, cependant, le California Zinfandel est beaucoup plus accessible, et les meilleurs d'entre eux sont produits dans un style qui, selon Peterson, met en valeur « de bons fruits et de bonnes épices sans confiture [et a] un bel équilibre acide.& #x201D Il désigne des producteurs comme Bedrock, Biale, Ridge, ses propres vins Once and Future et Storybook Mountain, comme exemples de ce changement.

Rebecca Robinson, directrice exécutive de ZAP, Zinfandel Advocates & Producers, a souligné à la fois la polyvalence de Zinfandel ainsi que sa capacité à transmettre un sentiment de terroir avec une délicieuse clarté. « Le Zinfandel présente en effet un large éventail de polyvalence et peut être cultivé dans toutes les régions viticoles de Californie », a-t-elle expliqué. C'est pourquoi les zinfandels du comté de Mendocino peuvent afficher un caractère distinct de framboise et de cerise, tandis que les zinfandels d'Amador peuvent contenir du poivre noir et de l'anis. Au cours des huit dernières années environ, il y a eu un retour à l'équilibre dans la vinification du Zinfandel. Et, bien sûr, il y a des consommateurs qui adoptent le côté plus audacieux de Zinfandel.”

Pour un vrai sens de la relation du Zinfandel avec un terroir particulier, Robinson suggère de se concentrer sur les embouteillages de vignoble unique. “ZAP a mené une enquête l'année dernière, et sur les plus de 1 400 vignobles produisant du Zinfandel en Californie, 460 vignobles uniques ont été classés. Il existe également plusieurs établissements vinicoles produisant des vins de vignoble unique à partir du même vignoble, démontrant la réputation de qualité de ces raisins.

ਊu cours de la dégustation de plusieurs dizaines de Zinfandels pour cet article, j'ai été frappé par l'étonnante diversité de styles parmi eux tous, l'excellente valeur des embouteillages de vignoble unique les plus expressifs et la capacité de mes favoris parmi eux à rester équilibré et énergique à une large gamme de pourcentages d'alcool.

Voici 21 de mes favoris, classés par ordre alphabétique.

2018 Alquimista Cellars Jessie's Grove Ancient Vine Zinfandel Lodi (57 $)

Issu de vignes de plus de 130 ans, ce vin est généreux, charnu et épicé, avec des saveurs acidulées et concentrées de prunes et de baies de ronce qui se résolvent sur une note nettement savoureuse. Principalement Zinfandel, avec Carignane, Flame Tokay, Black Prince, Mission et Malvasia Bianca.

2017 Andis Original Grandp&# xE8re Vineyard Zinfandel Sierra Foothills (45 $)

Le Zin ici provient d'un vignoble planté en 1869 (il y a bien longtemps dans l'administration Grant!) concentration mais à propos de bien plus que de simples fruits mûrs : c'est aussi savoureux, avec de la réglisse et des graines de fenouil profondément grillées, et beaucoup d'énergie aux mûres, au cassis et aux myrtilles, avec des notes de pâte à biscuits vanillée en finale.

2015 Bella Vineyards & Wine Caves Maple Vineyards Annie&# x2019s Block Zinfandel Dry Creek Valley (55 $)

Les premiers stades de maturité commencent tout juste à transparaître au nez, avec des notes de caramel au beurre, de cèdre, de tabac et d'abricot menant à une bouche de fruits sucrés, bien concentrés mais pas écrasants, avec une crème pâtissière aux cerises, une tarte aux biscuits Graham croûte et un mélange de baies de montagne, de cerises et de groseilles. Il y a un soupçon de romarin en finale, ainsi que la suggestion d'huiles d'orange et de grains d'espresso enrobés de chocolat.


Pourquoi devriez-vous commencer à boire du zinfandel blanc

White Zinfandel est le Paris Hilton du vin : bon marché, intolérablement stupide, mais toujours à la mode et digne d'intérêt des années après l'annulation de son émission de téléréalité.

Comme l'enfant des milliardaires de l'hôtel, cet équivalent vineux rose était aussi une réflexion après coup. En 1972, dans une région souvent oubliée du nord de la Californie connue sous le nom de comté d'Amador, Sutter Home a créé son premier « Zinfandel blanc » en séparant du jus de raisin en fermentation de ce qui allait devenir un vin rouge de Zinfandel. Le résultat final était le vin rose pâle, doux et maladif, connu pour faire frissonner la plupart des amateurs de vin et sourire aux mamies et aux blondes en bouteille partout.

Est-ce que j'ose poser la question, White Zinfandel mérite-t-il sa réputation de bâillon ? Les Paris Hilton et Franzia pourraient-ils réellement avoir plus à offrir au monde, d'autant plus que les ventes de rosé aux États-Unis continuent de grimper ?

C'est le dernier tire-bouchon que vous achèterez

Voyons d'abord comment White Zin a atterri au fond du tonneau proverbial du vin :
Le processus utilisé pour fabriquer le White Zinfandel, connu sous le nom de méthode de saignee ou de saignée, est courant depuis longtemps à l'intérieur et à l'extérieur des États-Unis. Essentiellement, le processus concentre les vins rouges en enlevant une partie du jus rose et en permettant au vin restant plus de contact avec les peaux de raisin induisant la couleur. Parce que le processus est si facile à réaliser, il a rendu la plupart des vins roses des comptes clients pratiques pour les établissements vinicoles et des réflexions après coup pour les vignerons. Pas exactement une recette pour des vins de qualité et de dégustation.

Alors que la demande de Zinfandel blanc bon marché a grimpé en flèche après que Sutter Home a présenté son étourdissant accidentel, les établissements vinicoles ont réalisé qu'il était plus rentable d'utiliser des raisins bon marché provenant de lieux indésirables comme le désert californien AKA Central Valley au lieu d'utiliser des fruits Napa ou Amador de meilleure qualité. L'introduction de l'emballage bag-in-box à la fin des années 70 a été un autre éliminateur de coûts et un autre pas en avant pour White Zin et sa réputation.

Ensuite, dans les années 80, White Zinfandel est devenu le mélangeur de prédilection pour les spritzers au vin et la mauvaise sangria, et sa douceur inhérente, qui a initialement attiré les buveurs habitués aux sodas ou aux cocktails fruités, l'a fait se démarquer comme un vin conçu pour les mineurs et les collants. blondes au lieu d'adultes.

Les connaisseurs vont plus loin que simplement ne pas aimer le White Zin, ils le méprisent comme une chimiste lauréate du prix Pulitzer regarde Paris lorsqu'elle dit « C'est chaud » et sait qu'elle n'a jamais utilisé de thermomètre.

Mais à bien des égards, le plonk rose sucré ne mérite pas une si mauvaise réputation puisque, pourrait-on dire, c'était la porte d'entrée de la renaissance actuelle du rosé en Amérique. En 2014, les importations de rosé étaient en hausse pour la 9e année consécutive, et le rosé américain commence à égaler ou à dominer les importations dans les rayons des magasins de vin.

En partie, la hausse provient des producteurs ciblant les « snobs » ou les « connaisseurs » qui évitent si puissamment le Zinfandel blanc au profit des rosés secs. Ces vignerons ont commencé à cultiver des raisins spécifiquement pour les vins rosés au début des années 90, en les cueillant généralement plus tôt pour conserver des niveaux d'acidité rafraîchissants et les saveurs de fruits éclatantes des raisins rouges.

Pourtant, malgré l'augmentation de la consommation de rosé, le White Zin a toujours une énorme stigmatisation, et de nombreux rosés Zinfandel – secs ou non – ont simplement été étiquetés rosé ou vin gris pour éviter de s'aliéner les consommateurs. ‘

Mais maintenant, alors que les températures augmentent et qu'un nouveau millésime de rosés inonde le marché, ces mêmes personnes qui n'utiliseraient que des bouteilles Sutter Home comme quilles de bowling se plongent de tout cœur dans le jeu «White Zinfandel». L'emblématique Turley Wine Cellars de Californie a été l'une des premières à reprendre le White Zinfandel de sa douce réputation en 2011. Depuis lors, Turley a produit un beau vin à partir de raisins de la Napa Valley qui est toujours étonnamment abordable (22 $). Le 2011 s'est vendu en deux heures, malgré son étiquette « White Zin », et les millésimes suivants se sont vendus presque aussi rapidement. Le White Zinfandel 2014 est lumineux et fruité au nez avec de belles notes de fraise et complètement sec. Comme le dit le vigneron Tegan Passalaqua : « C'est ce que les Français appellent simplement le rosé.

De même, Berkeley's Broc Cellars produit un rosé cramoisi sec et brillant avec des fruits de Sonoma qui place également "White Zinfandel" carrément sur l'étiquette (24 $).

C'est avec cette attitude que les vignerons américains s'attaquent sérieusement au commerce du rosé, traditionnellement dominé par les producteurs en vrac et la Provence. Avec White Zin représentant toujours 10% de tous les vins en Amérique en 2006, je parierais qu'une tranche décente de leur succès ne vient pas en dépit de White Zinfandel, mais à cause de lui et de la renaissance qu'il a créée.


Sonoma California Wine Tours pour les amateurs de Zinfandel

En ce qui concerne le Zinfandel, les Américains sont tout simplement fous des versions rouge et blanche, ce qui en fait le troisième cépage le plus écrasé aux États-Unis, juste derrière le Cabernet Sauvignon et le Chardonnay. Quand il s'agit de cultiver et de mettre en bouteille des zins, la Californie est reine, donc que vous aimiez un bon verre rafraîchissant de White Zinfandel légèrement sucré par une chaude journée d'été, ou que vous préfériez les versions rouges intensément fruitées et épicées, il y en a pour tous les goûts en Californie . Avec du beau temps toute l'année, n'importe quel moment de l'année est un bon moment pour visiter certains des meilleurs endroits au monde pour cultiver ce favori américain.

À l'origine un obscur cépage croate, le zinfandel est arrivé en Amérique au début du XIXe siècle. Il est cultivé dans de nombreuses régions viticoles de Californie, de la vallée de Cucamonga à l'extrême sud jusqu'à la frontière nord avec l'Oregon. Depuis n'importe quelle grande ville de Californie, vous pouvez vivre une expérience Zinfandel dans la région viticole en un rien de temps.

Bien que le cépage Zinfandel existe depuis longtemps, le White Zinfandel n'a vu le jour que dans les années 1970. Sutter Home Family Vineyard dans la Napa Valley est largement reconnu pour avoir créé ce qui est devenu connu sous le nom de « vin de blush » lorsqu'ils ont fait un rosé de Zinfandel mais ont arrêté la fermentation un peu plus tôt pour s'assurer qu'il avait une touche de sucre résiduel. Aujourd'hui, le zin blanc bon marché se vend bien plus que ses homologues rouges plus chers et a tendance à être produit par de grands établissements vinicoles comme Beringer et Sutter Home.

En ce qui concerne les zins rouges, il existe un large éventail de styles, de qualité et de prix. Ils ont tendance à avoir une teneur en alcool élevée et, lorsqu'ils sont très mûrs, font de bons vins de dessert avec un profil de saveur un peu comme le porto. Trois des principales régions californiennes pour les zins rouges sont le comté d'Amador dans les contreforts de la Sierra, le comté de Sonoma et Paso Robles.

Le comté d'Amador est l'endroit idéal pour passer quelques jours à découvrir le pays de la ruée vers l'or en Californie et à siroter de copieux zins rouges, tout en étant à seulement une heure de la ville de Sacramento. Les salles de dégustation ici sont pour la plupart de petites entreprises familiales où vous pouvez souvent parler au vigneron, caresser le chien de la famille et profiter d'un pique-nique. Et oui, vous pouvez toujours chercher de l'or et voir des traces de l'atmosphère rustique du Far West qui a inspiré des écrivains comme Mark Twain.

Dans le comté de Sonoma, il existe de nombreux bons microclimats pour Zinfandel, notamment les régions de Dry Creek Valley et Rockpile. Faites de la ville de Healdsburg votre point de départ pour une visite en voiture de nombreux producteurs de zin exceptionnels. Si la gastronomie est à votre ordre du jour, c'est également la destination idéale pour découvrir la meilleure cuisine du nord de la Californie.

Si vos projets de vacances en Californie vous emmènent dans la région de la côte centrale, assurez-vous de vous arrêter à Paso Robles pour goûter aux Zinfandels et aux mélanges rouges à base de Zinfandel qui vous épateront. Bien que le vin soit produit dans la région depuis longtemps, l'objectif de la vinification a commencé à s'éloigner des vins bon marché aux vins de boutique de haute qualité dans les années 1980 et aujourd'hui, certains des vins les plus excitants de Californie sont élaborés à Paso Robles.

Lorsque vous vous dirigez vers la Californie ensoleillée, une bonne dégustation de vins de Zinfandel n'est jamais très loin. Goûtez-en quelques-uns lors de votre prochaine visite et vous saurez pourquoi l'histoire d'amour américaine avec Zinfandel est susceptible de rester durable.


Zinfandel : le cépage du patrimoine californien

Le zinfandel, salué comme le cépage du patrimoine californien, est un phénomène typiquement américain. Il est piquant, robuste et bruyant, difficile à élever, un amateur de barbecue. Les California Zins peuvent être épicés et poivrés et contiennent souvent des fruits brillants et juteux comme la myrtille, la framboise et la prune. Les vins sont souvent décrits comme &ldquobrambly&rdquo &mdash, ce qui signifie que leurs saveurs de fruits ont un goût sauvage et piquant, sans le vernis à la vanille que vous pourriez trouver dans des variétés comme le cabernet sauvignon.

Dans le vrai style américain, le Zin est connu pour devenir trop tapageur : pendant de nombreuses années, la plupart des Zin californiens sur le marché étaient soit confiturés et arrosés, soit semi-doux et roses. Aujourd'hui, le tableau pourrait être plus différent. Les établissements vinicoles soucieux de la qualité produisent des Zinfandels qui rivalisent avec les meilleurs cabernets de l'État en ce qui concerne le sérieux et la capacité de vieillissement et expriment, d'une manière ou d'une autre, l'esprit de la frontière californienne mieux que ce cépage ne le pourrait jamais.

Même le Zinfandel &mdash blanc, la rose demi-sec créée accidentellement par Bob Trinchero chez Sutter Home &mdash, est maintenant élaboré de manière plus réfléchie, certains producteurs de Zin produisant des versions sèches et structurées de ce vin rose. Alors que White Zin est toujours extrêmement populaire à travers l'Amérique, il n'est plus le visage du California Zinfandel, et c'est une bonne chose.

Le cépage Zinfandel est difficile à cultiver, un mûrisseur notoirement inégal. Mais les vignes de Zinfandel apprennent également à s'autoréguler en vieillissant, c'est pourquoi les plus anciennes vignes survivantes de Californie produisent certains de ses vins les plus convaincants. Il y a probablement plus de plantations centenaires de Zin encore dans le sol ici que de tout autre cépage, et si vous avez la chance de goûter du vin fabriqué à partir de ces vignes centenaires &mdash ou, mieux encore, promenez-vous dans un vignoble &mdash payez attention particulière.

Bien que le Zin ait fait sa réputation sur ces rivages, le cépage, comme beaucoup d'Américains, est issu de l'immigration. Originaire de Croatie, où il est connu sous le nom de Tribidrag, c'est un clone du cépage Primitivo, originaire du sud de l'Italie et de la région des Pouilles. Pour la découverte des origines génétiques du Zinfandel&rsquos, nous avons Carole Meredith, professeur émérite à l'U.C. Davis, pour remercier. Avec les encouragements du plus célèbre croate de Napa Valley, Mike Grgich, Meredith a cartographié les profils génétiques de nombreux cépages différents le long de la côte dalmate (dont le cépage Plavac Mali avait été à un moment donné, à tort, identique au Zinfandel) jusqu'à ce qu'elle trouve une correspondance exacte. à Tribidrag. Aujourd'hui, Meredith et son mari Steve Lagier fabriquent un excellent Zinfandel, étiqueté Tribidrag, à partir de leur vignoble sur le mont. Veeder.

Principales régions de Californie :
Comté de Lodi Sierra Foothills Contra Costa Comté de Paso Robles Sonoma, en particulier la vallée de Dry Creek sous-AVA Napa Valley, en particulier les montagnes.

Saveurs caractéristiques :
Épice, poivre, baies sauvages, myrtille, framboise, mûre de Boysen


Rosé vs White Zinfandel

Le Rosé et le Zinfandel blanc sont fabriqués selon des méthodes extrêmement similaires. La vinification est un métier complexe qui nécessite beaucoup plus d'explications qu'il n'est pratique de se plonger ici. Pour nos besoins, il vous suffit de savoir que le rosé est le plus souvent produit en laissant les peaux de raisin rouge fermenter avec du vin pendant quelques heures seulement. De nombreux vins rouges, en revanche, fermentent pendant plusieurs semaines. Étant donné que le contact du ros&# xE9&# x2019 avec les peaux de raisin est plus court, sa couleur est plus claire.

Le Rosé peut être fabriqué à partir de n'importe quel cépage rouge, mais le Zin blanc est fabriqué à partir de cépages Zinfandel, vous l'aurez deviné.

En ce qui concerne la saveur, le zinfandel blanc est généralement plus sucré, plus rose et moins complexe que de nombreuses variétés de rosé. Rosé peut être sec ou sucré. Il peut également varier en couleur du blush au rouge vif.


À Zinfandel, Brawn l'emporte

Wine School, une chronique mensuelle, vous invite à boire du vin avec Eric Asimov. Dans chaque tranche, M. Asimov choisit un type de vin que vous pourrez déguster à la maison. Après un mois, M. Asimov publie sa réaction au vin et répond aux réflexions et aux questions des lecteurs. La mission de juin était Riesling. La mission de juillet était Zinfandel M. Asimov partage ses réflexions sur ce vin ci-dessous.

Dans le vin comme dans tous les domaines, les gens sont attirés vers ce qu'ils aiment. Le goût personnel est une force riche, fascinante et mystérieuse, qui doit toujours être respectée même si elle ne peut pas être entièrement expliquée. Ses caprices sont mis en évidence dans toute discussion sur le zinfandel, un vin qui semble avoir un puissant effet polarisant.

Bienvenue à Wine School, où chaque mois nous choisissons un vin particulier à explorer, puis nous nous réunissons à nouveau quatre semaines plus tard pour partager impressions et idées. L'idée est de boire ce vin avec considération, dans un cadre naturel avec de la nourriture, des amis ou en famille. En portant une attention particulière au vin dans une atmosphère qui met l'accent sur la curiosité et le plaisir, l'espoir est d'atteindre un plus grand sentiment d'aisance et de confiance et une meilleure compréhension de nos propres goûts. Si vous vous sentez déjà à l'aise, Wine School est l'occasion de reconsidérer vos hypothèses, d'affiner vos observations et de partager vos réflexions.

Le sujet ici est le zinfandel, un vin qui demande à être réexaminé compte tenu des opinions bien arrêtées que tant de gens semblent avoir à son sujet. Pas étonnant. De nos jours, le zinfandel est le plus souvent un grand vin puissant avec le genre de personnalité puissante qui oblige pratiquement les consommateurs à prendre position. Soit vous l'aimez, soit vous le quittez.

Je crains de faire partie de ces personnes qui l'ont largement quitté, même si je l'aimais autrefois. Comme je suis devenu fasciné par le vin en tant qu'étudiant diplômé au début des années 1980, le zinfandel était l'un de mes préférés. C'était fruité, ce qui était facile à comprendre, mais levé avec un piquant sous-jacent, ce qui le rendait assez intéressant pour y revenir encore et encore.

Au fil des ans, cependant, zinfandel et moi avons pris des chemins différents. Le style dominant de zinfandel semblait devenir plus gros et plus lourd, avec des niveaux d'alcool atteignant des sommets écrasants, 16% ou plus, et des saveurs semblant souvent confiturées et cuites au four. J'allais dans la direction opposée, plus attirée par les vins subtils et nuancés qui étaient faits pour compléter les plats à table plutôt que pour impressionner avec une gorgée. Le zinfandel, dans mon esprit, était devenu comme du porto, quelque chose à soigner après le repas ou à verser sur la glace.

Les goûts changent. Plus nous buvons de vins différents, plus nos préférences évoluent et plus il est important de garder l'esprit ouvert. Sinon, nous risquons de devenir étroits et intolérants, confondant préférences personnelles et mérite. C'est ce que je crois, du moins. L'accent mis sur le zinfandel le mois dernier m'a obligé à tester ces croyances.

Certes, le zinfandel a ses fans. "J'aime un grand et puissant zinfandel", a écrit Ken Elmer de Northampton, Massachusetts. "Je vais laisser la nuance aux autres vins."

D'autres lecteurs ont partagé mon inquiétude, surtout à cette période de l'année. "C'était facile pour moi de sauter la leçon de ce mois-ci", a écrit Bauskern de la Nouvelle-Angleterre. "J'ai grincé des dents à l'idée de boire des zinfandels" gros " ou " puissants ", comme certains lecteurs les ont décrits, dans la chaleur de l'été. "

Ken à Baltimore a écrit : « Zinfandel ? En juillet? J'y reviendrai en novembre.

Je comprends le réflexe saisonnier que beaucoup de gens ont, mais je ne suis pas nécessairement d'accord. Je pouvais comprendre l'idée de ne boire que des blancs légers et des rouges doux en été si je ne mangeais que des aliments délicats. Mais n'est-ce pas aussi la saison estivale des grillades ? Les gens ne préparent-ils pas au moins occasionnellement des steaks épais, des côtes levées glacées et des hamburgers ? A l'inverse, ne buvons-nous que des rouges lourds à froid ? N'est-ce pas la saison des huîtres d'hiver? En cette ère climatisée, où les gens portent des pulls dans les restaurants même les jours les plus chauds, la saisonnalité signifie moins qu'auparavant.

Le cépage le plus connu sous le nom de zinfandel et le plus identifié à la Californie est en fait originaire de Croatie, où il était d'abord connu sous le nom de tribidrag. Il a voyagé aux États-Unis au début du XIXe siècle et a prospéré en Californie plus tard dans les années 1800 lorsqu'il a été largement planté.

Certains de ces vignobles sont maintenant parmi les plus anciens d'Amérique du Nord, ayant survécu à la Prohibition, à la Dépression et au phylloxéra, le puceron tueur de la vigne qui a ravagé les raisins d'origine européenne. Des vignobles comme ceux-ci sont des trésors américains, et des organisations comme l'Historic Vineyard Society s'efforcent de les préserver.

Bien que beaucoup de ces vignobles soient connus pour leur zinfandel, ils ne sont pas nécessairement à 100 pour cent de zinfandel. En plus du zinfandel, ils peuvent comprendre de la petite sirah, du carignan, du bouchet alicante et parfois des raisins non identifiés. L'un de ces vignobles plus anciens, Lytton Estate dans la Dry Creek Valley, était une source pour l'un de nos trois vins recommandés, le Ridge Lytton Springs 2011. Les raisins, principalement du zinfandel avec un peu de petite sirah et de carignan, provenaient de vignes âgées de 50 à 110 ans.

Image

Quel est le rapport entre l'âge d'un vignoble et le vin ? Au fur et à mesure que les vignes atteignent l'âge moyen, les rendements ont tendance à baisser et les raisins deviennent plus petits et plus concentrés. En supposant que le vignoble soit planté dans un bon endroit, les vins peuvent devenir plus intenses et complexes. Malheureusement, des termes comme « vieilles vignes » ou « vieilles vignes » en français ont peu de définition ou de sens juridique lorsqu'ils sont utilisés sur des bouteilles. Ils sont souvent maltraités par les spécialistes du marketing, ce qui rend le travail de documentation par des groupes comme l'Historic Vineyard Society si important.

Ces vieux vignobles de zinfandel se trouvent dans toute la Californie, des Sierra Foothills aux comtés de Sonoma, Napa et Contra Costa, à Paso Robles et Arroyo Grande et même à Baja California, témoignant non seulement de la popularité du zinfandel parmi les premiers viticulteurs, mais aussi de son capacité à réussir dans différentes sortes de terroirs.

Que cuisiner maintenant

Sam Sifton a des suggestions de menus pour les prochains jours. Il y a des milliers d'idées de quoi cuisiner qui vous attendent sur New York Times Cooking.

    • Ne manquez pas les incroyables nouilles soba de Yotam Ottolenghi avec bouillon de gingembre et gingembre croquant. pour les champignons est un régal, et il se marie à merveille avec le vivaneau frit à la sauce créole.
    • Essayez la pizza salade d'Ali Slagle avec des haricots blancs, de la roquette et des poivrons marinés, inspirée d'un classique de California Pizza Kitchen.
    • La version moderne d'Alexa Weibel de la salade de macaronis, agrémentée de citron et d'herbes, se marie très bien avec le poulet frit au four.
    • Une cuillerée de burrata fait le gros du travail dans la recette simple de Sarah Copeland pour les spaghettis à l'huile d'ail et de piment.

    Sur les trois zinfandels recommandés, deux, le Ridge 2011 et le Dashe 2012, provenaient de la Dry Creek Valley à Sonoma. Le troisième, le Juvenile 2012 de Turley, est labellisé Californie car il est issu de jeunes vignes de plusieurs appellations.

    Pour moi, les trois vins n'auraient pas pu être plus différents. Le Turley était pur, avec des vagues de saveur de framboise réglées avec une précision laser. C'était dense et remplissant la bouche, mais pas lourd. Ce n'était pas non plus cuit ou confituré. Mais (et c'est un gros mais) je ne voulais tout simplement pas boire ce vin. Au lieu d'un arrière-goût qui a inspiré une prochaine gorgée, cela a laissé une sensation de chaleur dans ma bouche, et cela a semblé submerger la saveur de mon dîner, un steak de jupe poêlé.

    C'était, en fait, 15,5% d'alcool, et même si cela me dérangeait, cela ne dissuadait pas les autres. "C'était invitant avec un début fruité et des épices souples qui suivent", a écrit Howard Weintraub de Harrison, N.Y. "Cela se mariait bien avec une côtelette de veau poêlée cuite sur le gril."

    Harley Mazuk de Boyds, Maryland, a déclaré que le Turley "invite non seulement la prochaine gorgée, mais la prochaine gorgée".

    J'ai trouvé les deux autres vins plus agréables. Le Dashe était onctueux et délicieusement juteux, avec un piquant intrigant. Il y avait aussi une touche de chaleur, mais pas assez pour me dissuader d'un autre verre.

    Le meilleur de tous était le Ridge. Il était magnifiquement équilibré sans chaleur, bien qu'à 14,4%, il ait pratiquement la même teneur en alcool que le Dashe. C'était épicé, terreux et herbacé, plus complexe que les autres vins, et un peu tannique aussi. Pourtant, c'étaient de grands vins, et je me suis retrouvé plus conscient de leur taille et de leur puissance que je ne l'aurais préféré.

    Bien que j'aie assez aimé les vins, ce n'était pas une expérience transformatrice. J'avoue que j'apprécie la beauté du zinfandel dans d'autres vins à plus petite échelle, comme Les Enfants Terrible de Dashe, qui est fait presque comme un cru Beaujolais, et le zinfandel Broc Cellars Vine Starr, qui est fait dans un style plus léger et plus vibrant. , à 12,7 pour cent. Il convient de souligner que le zinfandel n'est pas grand par définition. Le Lytton Springs de Ridge en 1975 ne représentait que 11,7% et, selon un récent rapport faisant autorité, il buvait magnifiquement cette année.

    Pourtant, j'étais heureux de voir que certains lecteurs se sont convertis. "C'est le premier zinfandel que j'ai bu depuis des décennies", a déclaré Seancpa de Pleasant Mount, Pennsylvanie. "Cela m'a ouvert les yeux." Schap329 de Richmond, en Virginie, a comparé la crête à une « cathédrale gothique majestueuse », ajoutant : « Zinfandel vient de se racheter pour moi ».

    Certains lecteurs m'ont reproché de recommander des vins jeunes, soulignant que le zinfandel vieillit bien et atteint son apogée vers 5 à 10 ans. Point bien pris, cependant, comme pour le Bordeaux et le riesling, il n'est pas facile d'acheter des vins bien vieillis. Si nous voulons partager l'expérience de la consommation d'alcool, nous devrons nous contenter de la jeunesse.

    Au final, les différences de goût et d'opinion sont bénéfiques. Il assure une diversité de vins qui devrait faire le bonheur de tous. C'est, après tout, le but.

    Précédemment à l'Ecole du Vin.

    En juillet, les lecteurs ont été assignés à enquêter sur Zinfandel. Vous pouvez rejoindre la conversation sur ce vin en trouvant les vins et en répondant aux questions posées par Eric Asimov ci-dessous.

    Jusqu'à présent, nous avons exploré les classiques du Vieux Monde : Bordeaux, Beaujolais, Sancerre, riesling allemand sec. Ce mois-ci, nous passons à un original du Nouveau Monde : le zinfandel.

    Non, le zinfandel n'est pas un cépage américain. Comme pour la grande majorité des vins de classe mondiale, son origine est du Vieux Monde. Si vous voulez lire à ce sujet dans « Wine Grapes », l'encyclopédie faisant autorité de Jancis Robinson, Julia Harding et José Vouillamoz, il vous est conseillé de regarder sous « tribidrag », comme on l'appelle en Croatie, le lieu de naissance de zinfandel.

    Une taxonomie aussi rigide peut provoquer le roulement des yeux chez les Américains à l'esprit pratique, qui notent à juste titre que toute reconnaissance due au tribidrag est le résultat du voyage du raisin en Californie et est devenu connu dans le monde entier sous le nom de zinfandel. Tribidrag a également un autre surnom, primitivo, comme on l'appelle dans la région des Pouilles en Italie.

    En Californie, zinfandel a connu des moments d'étreinte et d'autres de licenciement. Son expression stylistique dominante semble varier d'une décennie à l'autre et est passée de claire, tendue et épicée à extravagante, énorme et sirupeuse.

    J'admets que j'ai eu mes propres problèmes avec le zinfandel. Je ne suis pas fan du style blockbuster qui était en vogue dans la première décennie de ce siècle. Mais comme pour tant de vins, un changement stylistique s'est produit avec le zinfandel, de plus en plus de producteurs se tournant vers des vins plus frais et plus nuancés.

    The three zinfandels I suggest you look for this month more or less encompass the range of styles:

    Dashe Dry Creek Valley Zinfandel 2012, $21

    Turley California Zinfandel Juvenile 2012, $30

    Ridge Dry Creek Valley Lytton Springs 2011, $35

    Dashe gravitates toward the fresher style, while at one time Turley epitomized the extravagant style, though its wines, while still big, have become livelier and more precise. Ridge is consistently right down the middle, as it has been for decades. Comparing the three would be particularly rewarding.

    As always, not everybody will be able to find these examples. Each of these three producers makes more than a few zinfandel cuvées. The others are fine, too, and as an alternative you might consider wines from Nalle, Frog’s Leap, Ravenswood, Sky, Porter Creek, Bedrock, Green & Red, Broc Cellars, Limerick Lane, Rafanelli, Outpost, Quivira, Seghesio and Neyers.

    Zinfandel will complement burgers, barbecued ribs and other robust meats. It will also go well with grilled sausages, pizza, even eggplant Parmesan, although you may have more difficulty finding good matches with the bigger styles.

    Temperature is important: If the wine is too warm, especially in the summer, it will be flaccid and fatiguing. You don’t want to serve it icy cold, just cool, after maybe 20 minutes in the fridge.


    Edgewood Estate Winery

    The factual history that Edgewood Estate Winery possesses is one that many Napa Valley wineries would give their eyeteeth to own even a portion of. The history is also a reminder that many winery operations are quite cyclical in nature and at this point in its evolution, Edgewood Estate is well back on the road to vinous competition and even superiority.

    It all began back in 1873 with William Peterson, a successful New England sea captain, who departed New England’s harsh winters and settled into a more tranquil existence in Northern California. He immediately purchased a 40-plus acre parcel in Napa Valley that is the site of today’s Edgewood Estate Winery. It is recorded that the vineyards began bearing fruit in 1879 and by 1885, the fully operational Peterson Winery produced a total of 11,350 cases, quite a respectable number for that period of time.

    Unfortunately, a series of personal and professional tragedies befell Peterson until he was finally forced to sell his winery. History records that in 1891, William Peterson sold the winery and its contents to Robert Bergfeld for a sum of 6,000 gold coin. It is also noted that phylloxera had destroyed most of the existing vineyards at the winery. In fact, a total of over 15,000 acres were destroyed in Northern California during the phylloxera outbreak of that period. Bergfeld worked and developed the winery for the next fifteen years until the catastrophic earthquake of 1906 forced him to close its operation.

    Historical accuracy jumps a bit until 1910 when the winery was again sold, this time to a Theodore Gier. Gier was already active in the Napa Wine business and had already built two existing wineries. In 1904 he constructed a winery on Spring Mountain that is today’s Keenan Winery, and a year later, built a small stone winery which is the modern day Hess Collection Winery. Gier operated the expansive business (he had wine holdings as far away as the Livermore Valley) for a decade until he sold his entire Napa Valley operations to O.J. LeBaron of neighboring Healdsburg in Sonoma County.

    Next came Prohibition and its death-like consequences for many wineries. LeBaron’s enterprise suffered the same fate as most of his neighbors. The winery finally emerged again in 1933 as the Mt. Helena and Calistoga Wine Company. The company was a giant of its time and produced over 500,000 gallons of wine.

    A year later, the economic condition facing independent growers propelled Charles Forni to organize the Napa Valley Cooperative and in 1935, the Co-op purchased the winery. Forni was a decisive force in Napa Valley for the next fifty years until his death in 1986, a few months short of his 100th birthday. He was responsible for the Co-op he founded rise to the status of largest wine facility in the Napa Valley. As early as 1937, some 8,500 tons were consigned for crushing at the winery, estimated to be around 40% of the entire grape production in Napa.

    By 1967, the Napa Valley Co-op was producing around 2,500,000 gallons annually, and was at the height of its success. Forni was ever active in matters affecting the wine industry and was one of the original four founding fathers of the Napa Valley Vintners Association, which controls the policy stance for many of today’s Napa Valley wineries.

    Edgewood Estate bought the property in 1994 and embarked on an immediate course to restore the property to its original usage and statue. An incredible restoration and renovation project is still under way under the direction of Founder/President Jeff O’ Neill. O’Neill is dedicated to preserving the winery’s natural heritage and has insured that the original winery remains intact in its original location. At some point, Edgewood hopes to be able to open the site to the general public.

    Another interesting historical artifact is the original architecture of the 1885 winery that today resides in the middle of Edgewood’s barrel warehouse. This ghost winery is extremely well preserved and available to visitors who know how to ask for the privilege of seeing the original workplace.

    Chances are the Edgewood Estate personnel will show you the old winery without many fanfares. They are justifiably proud of their place in the history of Napa Valley and are willing to share it with you.

    Gold Medal Wine Club is proud to offer Edgewood Estate’s wines to our members in much the same spirit. We know you will enjoy this month’s Gold Medal Wine Club's selections from Edgewood Estate.

    Each and every wine selected for our six different Wine Clubs meets our strict guidelines for quality and rating criteria. Each wine is handcrafted by an authentic, small-production boutique winery with a compelling story to tell like the one above. Since our first Gold Wine Club shipment in 1992, we have added five more impressive Wine Clubs to choose from—each a showcase for highly-rated, sought-after wines you can enjoy as a Gold Medal, wine of the month club member.

    Jeff O&rsquo Neill - Wine Industry visionary

    Practically everyone associated with Jeff O&rsquo Neill is firmly convinced he is a visionary in the strictest sense of the word. At 44, he is the Founder/President of Edgewood Estates, and is purposefully positioning his winery to compete with the top wineries in Napa Valley.

    O&rsquoNeill grew up in neighboring Marin County (Kentfield to be exact) and discovered his interest in wine while he was an underclassman at the University of the Pacific. First, he found that he enjoyed drinking wine and later helped pay his college bills by selling wine on a door to door basis. It&rsquos also possible the inspiration for his efforts started a bit earlier in his family. In the post-Prohibition era around 1936, his Armenian grandfather originated a wine cooperative in the small Central Valley town of Cutler, CA and began producing wine. Jeff remembers the stories around his house when he was young and agrees that such an earlier historical influence made his decision to enter the wine business all the easier.

    Today, Jeff O&rsquoNeill is determined to turn Edgewood Estates into a world class production facility and at the same time insure that the higher segment of the buying public takes note of its flagship brand. O&rsquo Neill carefully selects the fruit that is used for each wine.

    &lsquoBecause the former company was a co-op and therefore has many sources of grapes, we felt it necessary to develop a system for what we bought. Even though most of the fruit was really high quality, we were only able to buy from a small percentage of our former growers,” he confided. &lsquoThat decision represents our dedication to be the best of the best, and we&rsquove managed to stick to it so far.”

    The entire process of restoring/building Edgewood Estates has been a labor of love for O&rsquo Neill. He first decided to move and then transplant some sixty sycamore trees that were scattered about the property and now make up a picturesque alley to the winery. Next came a second assessment to turn another section of the property that served as a lawn into its former usage as vineyard rows. Through it all, Jeff O&rsquo Neill has doggedly kept Edgewood Estates heading in an upward direction. He is convinced that the moves he is making with regard to the physical plant will make it one of the real showcase facilities in Napa.

    Fifteen acres at Edgewood Estates are planted in mostly Bordeaux varietals with Cabernet Sauvignon serving as the predominant type. The total production runs at an annual rate of just over 12,000 cases, a level O&rsquoNeill feels perfectly suits his operation at this stage of its development.

    &lsquoThe hardest thing to find in Napa is sources of truly top class grapes,” he added. &lsquoMost of the great vineyards are already under long term contract to other wineries, and it&rsquos practically impossible to make a quality statement without great fruit as a basis for your wines.”

    Another seven acres will be planted this year, a fact that will maximize the property from a growing perspective. Jeff O&rsquoNeill intends to continue his search for superior independent growers, and will grow Edgewood Estates as the occasions arise.

    He points with pride that Edgewood Estate wines are sold worldwide (some 30 countries) and fully realizes that his wines are each a handsell. He also realizes the thin air in Napa his competition enjoys and that fact doesn&rsquot phase him one bit.

    He points with great pride at his Estate-bottled Meritage blend that is aptly called Tradition. It is grown and produced (about 250 cases annually) exclusively at the winery and sells in the range of $35 - $45 per bottle.

    &lsquoWe at Edgewood want to grow and produce the finest red grapes in the entire valley,” O&rsquoNeill offered. &lsquoWe are fortunate to have the resources and determination to see our plan through to its natural fruition. We saw this entire project as an opportunity that was untapped and decided to do something about it.”

    Napa Valley insiders have watched the transformation of the Edgewood property and the development of its wines. There are few that doubt the project is destined for success.


    The History Of California’s Zinfandel Wines

    For many of us, winter means a blazing fireplace and Sunday stews. For those of us planning to be in warmer climates, it’s time for a jacket and maybe a brisk walk in the morning. No matter where you live, winter is the season to move to heartier red wines.

    Jeff Perlegos (Courtesy: Lodi Win by Stephanie Russo)

    There’s probably no other grape variety as American as zinfandel, a European grape variety introduced in the West Coast during the Gold Rush of the mid 19 th century. A prolific grape of murky origin, zinfandel vineyards baked in California’s hot sun and produced a lot of grapes for jug wines. They served the home winemaker quite well during Prohibition when eager amateur winemakers preferred zinfandel because it was the earliest to ripen.

    Not only did zinfandel survive 13 years of this failed era, but its vineyards were largely spared the 1990s’ phylloxera scourge that decimated vineyards planted with old world varieties. Thus, many of the existing zinfandel vineyards, grown on St. George rootstock, are more than 100 years old.

    Today, vineyards planted with St. George rootstock in the 1920s continue to thrive in places like Lodi, where sandy soil acted as an irritant to the bedeviling root louse. Old vines have reduced vigor as they age, but the grapes are often intense. These vines look more like trees – known as “lodi ladders” — because they were planted by arborists instead of viticulturists.

    Kevin Phillips of Phillips Farms grows grapes on the historic Bechthold Vineyard, first planted in 1886. He said of old vines, “When it’s said and done, they’re a pain in the ass. But I adore them. They just require a lot more care.”

    Zinfandel Advocates and Producers is on a quest to bring attention and preservation to these legendary zinfandel vineyards.

    The value of getting the last breath from withering vines may be more about pride than it is about producing superior wine. Those winemakers with whom we recently spoke admitted that it would grieve them to abandon a vineyard established by pioneers.

    Robert Biale, owner and president of Robert Biale Vineyards in Napa Valley, said he is part preservationist. He draws grapes from the R.W. Moore Vineyard which was planted by a seafarer in 1905.

    “Zinfandel has such a long, deep history – more than cabernet sauvignon and pinot noir. We’re just lucky to have this kind of urgency to keep them in the ground,” he said.

    Coaxing old, gnarly grape vines to produce fruit each year is akin to coaxing an old dog to chase a ball. The desire isn’t there, but a little encouragement goes a long way. Each vine has its own personality, so it is incumbent on experienced hands to patiently care for it. That’s why you won’t find single-vineyard zinfandels in the portfolios of large commercial producers who look for bigger yields.

    Why bother with these vines? Old zinfandel vines produce wine of great concentration and suppleness. Every time we taste one of these giants, we taste terroir, history and, of course, layers of beautiful fruit.

    These single-vineyard zinfandels are very different from one another but their intensity puts them above the pack. They are very special.

    Tom Marquardt and Patrick Darr, MoreAboutWine, posted on SouthFloridaReporter.com, Jan. 11, 2021

    Tom Marquardt and Patrick Darr have been writing a weekly wine column for more than 30 years. Additional Wine reviews on MoreAboutWine

    All photos are randomly selected and do not indicate any preferred wine. Listed prices are subject to change


    The Tangled Tale of Zinfandel

    Jammy. Brambly. Bold. These are descriptors often used when talking about Zinfandel, a California grape with a tempestuous past, but a possibly promising future.

    Zinfandel&rsquos history dates back to the 1830s on the East Coast and continued to move west, where it landed in California around 1850. Prohibition drove it to the brink of commercial extinction, and it wasn&rsquot until the 1970s when it started to regain its footing in California&rsquos wine industry. Its old, gnarly vines produced low yields of fruit, but it was strong enough to (accidentally) create one of the most popular wines of the 1980s and &rsquo90s. Until 1998, Zinfandel was California&rsquos most widely planted grape, producing wines that were dry, fruit-forward, hefty on the palate, a little sweet, and often high in alcohol. Due to what now can be viewed as overzealous experimentation, Zinfandel was quickly outdone by its popular half-sibling, White Zinfandel, and acquired the reputation as a cheap, sweet blush wine with a relatively low alcohol content. As a result, the true star&rsquos light began to dim, and Zinfandel became guilty by association.

    According to the California Department of Food and Agriculture&rsquos 2019 Preliminary Grape Crush Report, Zinfandel remains the third most popular varietal among California wines, totaling 8.4 percent of the state&rsquos total crush volume in 2019. Additionally, winemakers aren&rsquot only producing styles that are textbook Zin expressions&mdashwith big, bold, black and red fruit flavors, and peppery and herbal notes&mdashbut there are also styles that are lighter, less aggressive on the palate, and blended versions where the grape plays leading and supporting roles.

    Zinfandel is misunderstood and nuanced with subtleties that can speak to any wine drinker willing to listen. Part of the lingering aversion to Zinfandel among some consumers isn&rsquot because it tastes tart, astringent, or overly sweet, or that it doesn&rsquot pair well with foods beyond barbecue and burgers&mdashbut because there hasn&rsquot been enough knowledge shared on a broader scale about its true depth, complexity, and distinctiveness.

    Cara Patricia, sommelier and co-founder of DECANTsf, a wine shop and bar in San Francisco, finds that customers who ask for Zinfandel tend to be older, and they frequently ask for the same producers. &ldquoWhen people often think about Zinfandel, they&rsquore thinking about something that&rsquos really jammy, maybe high in alcohol, and something that shouldn&rsquot cost a lot of money,&rdquo she says. &ldquoAnd that&rsquos kind of to the detriment of modern and premium producers. Zinfandel is kind of like Chardonnay where people only think it comes in one style&mdashbut it doesn&rsquot. In our shop, we like to show the different sides of it.&rdquo

    While it can be grown throughout California&rsquos winemaking regions, Lodi, in the Central Valley, has been the self-proclaimed capital of Zinfandel for many years. According to the California Agricultural Statistics Service, in 2018, San Joaquin was California&rsquos top county for Zinfandel acreage, tallying an impressive 17,098 acres. There, the Mediterranean-style climate has warm days and cool evenings, and with help from the cool breezes of the San Joaquin and Sacramento River deltas, Lodi has been able to maintain old vines dating back to the late 1880s that are still yielding high-quality fruit. The sandy loam soils in Lodi also help to enhance the flavor of the wines when they end up in the bottle.

    But before figuring out Zinfandel&rsquos present, it&rsquos important to look at its past, and to ask, how did Zinfandel&rsquos story get so tangled? And how can wine drinkers grow to love it again?

    Zinfandel should be considered among California&rsquos crown jewels&mdashbut it&rsquos often counted out as a grape variety because of its perceived goût. That&rsquos no fault of winemakers&mdashZinfandel is a variety that grows unevenly. Zinfandel vines aren&rsquot like more typical vines that grow vertically out of the ground with breezy canopies, producing massive bunches of fruit. Instead, Zinfandel&rsquos vines are short, with stumpy trunks and branches that grow out in many directions. On the bunch, some of its thin-skinned, delicate grapes may be ready for harvest, while others may be underripe and hard, or even dried-out raisins. Sending mixed clusters like this into the winery to be crushed and pressed can ultimately give off what The Wine Bible author Karen MacNeil calls a &ldquosweet and sour sauce&rdquo taste.

    A byproduct of Zinfandel&rsquos identity&mdashthe free-run juice&mdashhas given many wine consumers a false impression of the grape over the years. White Zinfandel, the blush pink, sweet wine, was actually an accident made by Sutter Home winemaker Bob Trinchero in 1972. As the story goes, Trinchero would use runoff juice from Zinfandel he had made to create a drier wine and label it &ldquoWhite Zinfandel.&rdquo One day, a batch of White Zin didn&rsquot fully ferment, and the result was a wine with low alcohol and high sugar content. It became an overnight sensation that took the &rsquo80s and &rsquo90s by storm, which kept old Zinfandel vines hard at work but didn&rsquot give them the shine they deserved.

    For Lydia Richards, senior account executive and wine specialist at Colangelo & Partners Public Relations, it was Sutter Home&rsquos White Zin that cemented her idea of Zinfandel being a wine that was only pink, affordable, and simple. As she studied to become a sommelier, however, this perception began to shift. &ldquoThe deeper I delved into my courses, as well as tastings, the more I became fascinated with what true Zinfandel wine could really be,&rdquo she says. &ldquoLearning about it being the same grape variety as Primitivo completely changed my perception and made me appreciate its long history as a premier, quality grape for wine production.&rdquo

    Often referred to as Zinfandel&rsquos identical twin from Italy, Primitivo comes from the same DNA of the Croatian grape known as crljenak kastelanski. This was discovered and confirmed in the early 2000s, and it allowed scientists to identify the distinct differences between the three grapes. Primitivo, with its own unique characteristics, can make dry and sweet Italian wines and also be used as a blending grape.

    &ldquoZinfandel is like any other famous grape. It comes in so many different style, and you really need to keep tasting to figure out what style really speaks to you.&rdquo &mdashCara Patricia

    Aaron Cherny, co-founder of the wine company Source & Sink, left his finance career in Chicago in 2017 to make wine in California&rsquos Sonoma County. When he and co-founder Rande Feldman decided to start Source & Sink, they wanted to express the uniqueness of the California wine heritage that was best represented with grape varieties planted pre-Prohibition. &ldquoThe Source & Sink Zinfandel represents the diversity of topography, soils, and exposure at Kimberly Vineyard in Sonoma County,&rdquo Cherny says. &ldquoAt this site, we have three different sections of vine age: one from 1906, one from the 1970s, and the other planted in the mid-1990s. Within each block we see vines that yield fruit with a range of large and small clusters and berries, resulting in a wine that is more concentrated with only 12 to 13 percent, [a] lower alcohol.&rdquo

    While a little bit of hang time can help Zinfandel, Cherny says too much oak and overripeness through late harvesting can take away some of the grape&rsquos inherent beauty. &ldquoIt can make for formulaic, boring wines that are overly boozy and taste like imitation vanilla,&rdquo he says.

    In his 2003 book Zinfandel: A History of a Grape and Its Wine, Charles E. Sullivan took on the challenge of uncovering the mystery of this grape variety. Over the course of almost 200 pages, Sullivan explores Zinfandel&rsquos history from the 1870s to the dawn of the new millennium. What was initially meant to be a table grape found its way into vineyards across California and then produced impressive wines. The big questions for even Sullivan are the vines, their age, and how after so much time they can still produce concentrated fruit.

    For many winemakers, cracking this particular code of the Zinfandel mystery is something that doesn&rsquot happen overnight. When Chrissy Wittmann, director of winemaking at The Prisoner Wine Company, started working with the brand in 2016, she didn&rsquot have much experience with the variety, but she was fascinated by its complexity. &ldquoIt&rsquos hard to grow Zinfandel grapes, and hard to make wine from Zin depending on the desired style,&rdquo she says. &ldquoI&rsquod always heard what a pain, but I had no idea until I started making wines from many different Zin vineyards. I can say it can be extremely difficult, but I could not be happier to have the chance.&rdquo

    Wittmann describes The Prisoner&rsquos expression of Zinfandel as an ode to the old-vine vineyards, ultimate grape maturity, and terroir. Sourcing fruit from Dry Creek, Lodi, and Mendocino, Wittmann and her team were able to capture each vineyard&rsquos distinctive climate, and terroir plays a huge role in the quality and character of the bottle. &ldquoOur method of blending a Zinfandel base with small amounts of Petite Sirah and Syrah makes Saldo a truly unique expression of Zinfandel. With very hot days and cool nights from the delta breeze, Zins from Lodi tend to be rich and ripe, with softer tannins,&rdquo she says. &ldquoFrom Mendocino, where there are rocky, volcanic soils and some of our vineyards sit up in higher elevation, there&rsquos a larger tannin structure with extra spice. Dry Creek in Sonoma County has some red, gravelly, well-drained soils that make for stressful growing conditions and concentrated Zinfandel.&rdquo

    As winemakers get more creative with bringing forth various expressions of Zinfandel, wine drinkers should be encouraged not to limit their thinking when it comes to the unique heritage grape, but to embrace it for all that it&rsquos worth. Producers like Bodkin Wines, Monte Rio, Day Wines, and Las Jaras are getting creative with Zinfandel and going beyond the traditional expressions that may turn consumers off from even pursuing the grape variety. &ldquoWhile there are plenty of consumers who enjoy bold, intensely dark fruit Zins with black pepper and baking spices, there are very different, unique, lighter expressions being made,&rdquo says Lydia Richards of Colangelo. &ldquoThat&rsquos certainly a missed opportunity in terms of bringing the variety forth to a wider range of wine-loving consumers looking to try something new and exciting.&rdquo

    Another missed opportunity could be not taking risks on pairing Zinfandel with the right foods. Language makes a big difference in ensuring that consumers are aware of what&rsquos in a bottle before they decide to purchase it. &ldquoIt&rsquos a misapprehension that Zinfandel is a winter wine, since it pairs perfectly with a classic pot roast or hearty lamb dish,&rdquo says Wittmann. &ldquoWhile this is true, it&rsquos actually a perfect year-round wine.&rdquo

    At her San Francisco shop, Cara Patricia believes there should be more discussions about the different styles of Zinfandel that can be big and bold, easy-drinking, or experimental and unusual. &ldquoZinfandel is like any other famous grape,&rdquo she says. &ldquoIt comes in so many different styles, and you really need to keep tasting to figure out what style really speaks to you.&rdquo


    Learn About Zinfandel, Both Red & White

    Zinfandel is synonymous with California wine. The red variety is planted in more than 10 percent of all Californian vineyards and is an influential player in the state’s wine industry. California’s hot and dry climate creates big, bold flavors along with some of the highest alcohol content of any red wine on the market (between 14 and 17 percent).

    Zinfandel In 60 Seconds

    • Zinfandel produces full-bodied, robust red wines. In the United States, it’s also known for the semi-sweet rosé, White Zinfandel.
    • A key component in Californian red blends, Zinfandel adds concentrated and juicy fruit flavors. Varietal Zinfandel is most commonly found in regions such as Lodi.
    • Lodi, in Central California, is known to have some of the country’s oldest Zinfandel vines, some of which are more than 100 years old.
    • Zinfandel flavors are determined by the ripeness of the grapes at harvest time. Red berry flavors dominate in wines from slightly cooler areas while black fruit and spice are more prevalent in wines from warmer regions.

    The Origins of Zinfandel

    The true origin of Zinfandel was relatively unknown until recently. When Zinfandel began to be planted widely throughout California in the mid-1800s, it was generally accepted that it was a grape indigenous to the U.S. The vines thrived in the California climate, and many believed the grape must have existed in the region all along. It wasn’t until the 1960s when a professor from U.C. Davis traveled to Italy and noticed similarities between Primitivo grapes and Zinfandel grapes that people began to question the grape’s origins.

    Following the professor’s trip, many concluded that Primitivo was the connection to the iconic California Zinfandel, and that was that. As DNA testing became more advanced, scientists eventually discovered that the grape didn’t originate in Italy at all. Instead, it was found that the grape was born in Croatia.

    With the discovery of the grape’s true origin came theories on how it made its way to California. Between 1820 and 1829, a horticulturist in Long Island received shipments of grape vines from the Imperial Nursery in Vienna, Austria. It is believed that the Zinfandel vines were included in those shipments. From this point, the vine made its way across the country during the California Gold Rush, and the rest is history.

    California Zinfandel

    Zinfandel is grown in several areas across California such as Napa Valley, parts of Sonoma (including Dry Creek Valley and Russian River Valley), and Lodi. The grape has a tendency to ripen unevenly, with raisined and under-ripe grapes often found on the same bunch. For versions destined to be red wine, the grapes that are more ripe produce concentrated, juicy, and brambly flavors of raspberry, blackberry and plum, in addition to subtle herbaceous qualities, such as licorice and sweet tobacco.

    Old Vine Zinfandel, often from Lodi, is known to be even bigger in flavor and more intense than younger counterparts. Considered to be a more premium version of the wine, Old Vine Zinfandel typically commands a higher price.

    The grapes grown to make White Zinfandel come from California’s Central Valley and are grown specifically to make the semi-sweet, pink wine. White Zinfandel first became famous in the mid-1970s after the demand for white wine exceeded the availability of white grapes. So, producers started making white wine by using red grapes. With minimum skin contact and by stopping the fermentation before all the sugar is converted to alcohol, the infamous sweet wine was born. Today, White Zinfandel has fallen largely out of fashion with consumers. However, its approachable and easy-drinking profile makes it a mainstay on grocery store shelves and accounts for nearly 10 percent of wine sales across the country.

    Italian “Zinfandel,” aka Primitivo

    In Italy, Zinfandel is known as Primitivo. Its home is in Puglia, which lies in south-eastern Italy. Also known as the “heel” of the country, the Puglian coast runs along the Adriatic Sea. Here, the hot climate produces high-yielding, fruity versions of the wine. High-quality versions are produced when yields are controlled. It’s not uncommon to find Primitivo blended with Negroamaro, another grape that’s native to the region.

    Foods To Pair With Zinfandel

    The best food pairing is dependent on the style of Zinfandel you choose to drink. Fresh and fruity white Zinfandel tastes best with dishes that have lean protein, like chicken or pork, especially when doused in a tomato-based sauce. Medium-bodied versions, which have greater complexity and layers of spice (both peppery and baking) go great with marinated lamb chops or grilled sausage. Full-bodied Zinfandel that is robust with concentrated flavors is best with heavier dishes such as a roast vegetable pasta medley or ribs off the BBQ.


    Voir la vidéo: Joel Gott California Zinfandel 2017