Nouvelles recettes

Jane Weitzman partage son amour pour les chaussures, la charité et son mari Stuart

Jane Weitzman partage son amour pour les chaussures, la charité et son mari Stuart


Nous sommes essentiellement des fanatiques de chaussures. Connaissez-vous des femmes qui ne le sont pas ? Des tongs aux baskets, nous aimons beaucoup les chaussures comme si c'était le summum du style, ce qui est le cas. Ainsi, lorsque nous avons eu l'occasion de parler avec Jane Gershon Weitzman—La principale dame de Stuart Weitzman—nous ne pouvions pas laisser passer ça (d'ailleurs pouvez-vous imaginer à quoi doit ressembler son placard ?). En discutant avec la première dame de la chaussure, nous avons parlé de son livre, de ses influences sur son mari et de sa collection de chaussures géantes qui feraient honte à Rihanna.

Philanthrope de renom, Weitzman est connu pour consacrer du temps et de l'argent à des causes louables allant du cancer de l'ovaire aux écoles du centre-ville. L'idée de son livre Art & Semelle a été inspirée par ses premiers actes de charité qui ont commencé dans les vitrines des premiers magasins Stuart Weitzman. « J'étais vice-président exécutif chez Stuart Weitzman, vous savez, j'ai aidé Stuart à démarrer l'entreprise. J'ai ouvert notre premier magasin de détail d'entreprise », se souvient-elle. « Lorsque nous avons ouvert le premier magasin de détail, j'ai pensé qu'il serait important de faire une vitrine sur le cancer du sein. J'avais cette fenêtre sur Madison Avenue, en fait deux fenêtres, et c'est comme ça que je me suis vraiment impliqué. En teintant plusieurs chaussures de mariée dans différentes nuances de rose et en décorant les vitrines d'un flair artistique rose, elle s'est vite rendu compte que ces affichages créatifs capturaient l'attention des femmes qui passaient. «Cela a attiré les gens dans le magasin. La plupart des gens ont peur de ne pas mettre leur produit en vitrine parce qu'après tout, c'est ce qu'ils vendent. »

Après une réponse aussi positive sur les vitrines de ses magasins, Weitzman a commencé à rechercher des débouchés créatifs et des artistes avec des matériaux abstraits intéressants avec lesquels habiller les vitrines. Au fil des ans, elle a collectionné des chaussures qui ont été fabriquées à partir de nombreux matériaux, certains qui étaient autrefois des talons portables et d'autres qui ont été conçus spécifiquement pour les yeux. "La plupart d'entre eux ne sont pas réels, ils sont fabriqués à partir de choses comme du papier, du carton, de la céramique - certains d'entre eux étaient autrefois des chaussures portables mais vous ne pouvez plus les porter maintenant", dit-elle. En photographiant une sélection pour son premier livre, elle affirme qu'elle n'a pas de favori. "Vous savez, ils sont comme mes enfants, je n'ai pas de favoris", explique-t-elle. "Je pense qu'ils sont tous merveilleux, vraiment. Chacun est différent à sa manière et merveilleux à sa manière. Nous les avons vraiment choisies parmi un millier de chaussures que nous avions. Nous comprenons parfaitement ne pas avoir de favori, nous ne pouvions pas non plus choisir entre nos talons ou nos chaussures plates.

La boucle est bouclée, la tournée de livres de Weitzman lui permet de collecter encore plus d'argent pour des causes philanthropiques. «Nous avons travaillé avec des enfants d'écoles du centre-ville qui ont fait de l'art pour nos fenêtres à un moment donné. Et quand nous avons fait les chaussures d'art, c'était la même période », explique-t-elle. « Nous avons essayé de le lier chaque fois que nous le pouvions. » En commençant par les fenêtres du cancer du sein, elle a travaillé avec plusieurs organisations, trouvant ce qui est important pour elle et Stuart, puis en consacrant du temps, de l'argent, de l'énergie et même en collectant des fonds de sa tournée de livres pour faire un don à des œuvres caritatives. "J'essaie vraiment d'aider toutes les œuvres caritatives valables que je peux, il est important pour moi de redonner, et j'ai fait une tournée de livres pour de nombreuses organisations différentes, j'ai fait un cancer du sein, j'ai fait le Philadelphia Aids Fund cette dernière la semaine." Mais de toutes les causes, les maladies féminines sont de la plus haute importance pour le couple. Elle se souvient d'une cliente qui avait reçu un diagnostic de cancer de l'ovaire - elle n'en connaissait pas les symptômes et Weitzman a immédiatement compris la nécessité d'une prise de conscience. "Notre entreprise vient des femmes et il est tout à fait logique pour Stuart et moi-même que nous les aidions", ajoute-t-elle doucement. « Ce sont nos clients. »

Mais même avec tout son temps libre passé à écrire un livre et à poursuivre son travail caritatif, Weitzman trouve toujours le temps de donner son avis sur les collections de chaussures de son mari. « Eh bien, je n'ai rien à voir avec la conception des chaussures, mais je donne mon avis », dit-elle en riant. "Et parfois il écoute et parfois non." Mais il semble faire attention car tant de ses créations reflètent la personnalité de sa femme. « J'aime généralement les choses simples, je porte beaucoup d'escarpins unis, mais je pense que les chaussures plates de Stuart sont si belles. Habituellement, s'il se passe quelque chose sur une robe, je porte une simple chaussure, mais si je porte une robe unie, je porte parfois une chaussure excitante. Et j'adore la botte 5050, que Stuart va faire matelassée pour l'automne », confie-t-elle. « J'ai vu l'échantillon, ils sont magnifiques ; J'ai déjà passé ma commande.

Et bien que son mari ne modifie peut-être pas entièrement ses conceptions pour s'adapter à sa femme, elle sait qu'elle et leurs enfants ont une énorme influence sur lui. « Nous avons deux filles, alors Stuart est entouré de femmes », dit-elle en riant. «Il est entouré de femmes depuis de nombreuses années, donc je pense que vivre avec des femmes, il voit ce qui est important. Et Stuart conçoit pour tous les âges. Nous vendons beaucoup de chaussures de bat mitzvah et beaucoup de chaussures de mariage, pour chaque âge, c'est incroyable. La 5050, une botte, est portée par tant de gens. Il coupe juste à travers tout cela, tout le monde le porte.

Alors qu'en est-il de ce placard à chaussures qui est littéralement jonché de Weitzman ? Nous avons dû éviter d'être trop excités lorsqu'elle a commencé à lister ses chaussures les plus glamour, mais ce n'était pas facile. « J'ai de magnifiques chaussures pavées et j'adore les porter. Je ne vais plus à autant de soirées qu'avant, souvent, ils changent de cravate noire en cocktail », explique-t-elle. "Je ne porte donc plus ces chaussures aussi souvent qu'avant, mais j'adore les regarder, ce sont comme des œuvres d'art." Avec sa créativité dans les vitrines et son livre photo sur les rendus artistiques des talons, il est assez clair que les chaussures sont plus qu'une simple nécessité pour Weitzman.

Quand il s'agit de les porter, cependant, Weitzman opte pour le chic et la simplicité avec une collection folle à choisir. « J'aime le métallisé. Je porte beaucoup de sandales métalliques pour l'été, elles vont avec tout », dit-elle à propos de son style estival. « J'ai beaucoup de chaussures mais vous savez que les modes changent. Donc, vous ne pouvez pas vraiment les porter - après un certain point, vous devez les ranger et espérer qu'elles reviendront. Mais généralement, ils reviennent différemment – ​​de temps en temps, quelque chose revient comme avant. Elle parle d'orteils pointus et d'orteils arrondis, et de différentes pompes dans son placard qui passent à la mode au fil des ans. Quand nous lui demandons si elle a des marques dans ce placard, elle rit. "Je n'ai porté aucune chaussure autre qu'une chaussure fabriquée par Stuart depuis que nous sommes mariés, soit 47 ans, à l'exception des baskets de sport car il ne les fabrique pas", ajoute-t-elle. "Mais Stuart fabrique des chaussures pour chaque occasion et je ne penserais même pas à porter les chaussures de quelqu'un d'autre. Je ne regarde même nulle part ailleurs ; cela ne me viendrait pas à l'esprit. Wow. Marié ou non à la créatrice, nous doutons de ne pouvoir porter qu'une seule marque pendant 47 ans. Heureusement pour elle, les créations de Stuart Weitzman sont assez fantastiques.

Et sa paire la plus aimée de toute sa collection ? Les chaussures de mariage que Stuart Weitzman lui a offertes lorsqu'il lui a demandé de l'épouser. « Stuart m'a proposé avec une paire de chaussures. À l'intérieur, il était écrit "Made for Jane Weitzman" et je savais que ce serait mon nom", a-t-elle fait une pause. "C'était une belle paire de chaussures en dentelle blanche que je portais pour mon mariage." Se demandant pourquoi aucun petit ami que nous ayons jamais eu n'était aussi romantique (ou nous connaissait assez bien pour savoir que le chemin vers le cœur d'une fille passe par les chaussures), elle s'arrête à la fin de l'interview. "En fait, j'ai un peu changé l'histoire", admet-elle. «À cette époque, les femmes portaient le nom de leur mari, alors les vraies chaussures disaient« Mme. Stuart Weitzman », mais je me sens ridicule de dire ça maintenant parce que c'est tellement sexiste, mais c'est comme ça que le monde était. Alors que nous lui assurons que l'histoire est toujours l'une des propositions les plus romantiques que nous ayons jamais entendues (principalement parce qu'il y avait des chaussures impliquées), elle rit: "Je ne sais pas, cela me semble ridicule alors j'ai changé [l'histoire] . Je pense que ça sonne mieux. Les jeunes n'arrivent même pas à y croire - nos notes de remerciement de notre mariage disaient " Mme. Stuart Weitzman' sur eux !


Ces mamans chaudes adorent se pavaner à la sortie de l'école

C'est la veille du premier jour d'école et Jennifer Diel panique à propos de ce qu'elle doit porter.

« J'avais l'habitude de travailler et j'aime m'habiller », explique Diel, une jolie brune qui travaillait auparavant dans la publicité et qui est maintenant mère au foyer de deux enfants à Merrick, LI.

« J'aime l'attention. Il n'y a rien de mal à avoir l'air sexy », ajoute la femme de 37 ans, qui dépose ses filles, âgées de 5 et 7 ans, à l'école publique portant des combinaisons élégantes ASOS, des débardeurs et des jeans McGuire coûteux, des talons Chanel ou Gucci et un visage intégral. de maquillage. "Je suis plus belle que jamais, surtout après avoir eu deux enfants."

Oubliez de vous soucier de savoir si les adolescents et les préadolescents respectent le code vestimentaire. De nos jours, ce sont les mamans qui ont trop chaud pour l'école, enfilant des talons hauts, des robes sexy et des étiquettes voyantes juste pour décharger et ramasser les enfants.

Pourquoi les célébrités copient toujours la robe de Liz Hurley 20 ans plus tard

Partagez ceci :

« J'ai vu de plus en plus de mamans s'habiller pour être déposées : des cheveux parfaits, drapés en Chanel, parfaits de la tête aux pieds », déclare Lyss Stern, une mère de Midtown East qui dirige le célèbre blog de maman Divalysscious Moms. . « Les SAHM [les mères au foyer] veulent toujours se sentir sexy », explique Stern, dont les deux fils fréquentent l'école publique. "Ils sont habillés de jeans skinny et de talons aiguilles trois mois après avoir eu un bébé."

Pour les mamans chaudes, le défilé de mode de l'école est le point culminant de leur journée. Bianca Jebbia, 42 ans, déteste quand ses enfants doivent rester à la maison malades, car cela signifie qu'elle ne peut pas se pavaner.

«Je suis vraiment déprimée», dit la «maman mignonne, petite et sexy» qui se décrit elle-même, qui a «une anxiété majeure» quant à ce qu'il faut porter chaque jour et à la meilleure façon de coiffer son sac à main Chanel, ses lunettes de soleil Tom Ford, ses hauts Isabel Marant et Chaussures Miu Miu. Cela ne la dérange pas que ses vêtements fassent croire aux autres parents qu'elle se dirige ailleurs que chez Whole Foods.

"Ils pensent que je vais travailler après - que j'ai une réunion pour laquelle je m'habille", dit-elle.

Les règles sont tacites mais strictes.

Pour les mamans chaudes, le défilé de mode de l'école est le point culminant de leur journée.

"Ne portez pas la grande fourrure quand tout le monde fait un peu de cachemire - vous ne voulez pas avoir l'air trop flashy", explique Caitlin, 45 ans, une SAHM blonde sculpturale qui détient un doctorat. en philosophie et a refusé de donner son nom de famille pour des raisons personnelles.

Une résidente de Gramercy dont la fille est inscrite à la Village Community School de West Village, où les acteurs Paul Rudd et Edie Falco envoient également leurs enfants, ajoute Caitlin : « Vous êtes un peu jugé. Les enseignants remarquent. Les mamans new-yorkaises se soucient beaucoup de s'intégrer les unes aux autres. Je ressens un peu de pression pour bien représenter ma famille et montrer du respect à l'école. Et vous voulez être dans le mix, vous voulez faire passer le message : la mode compte.

Mais tous les enfants n'aiment pas la façon dont leurs mères les représentent.

Jane Notar, 37 ans, dit que sa fille Harlow est "mortifiée" par les minirobes, les hauts Intermix à épaules dénudées et les cuissardes Stuart Weitzman qu'elle porte pour emmener la fillette de 10 ans et son frère Tennyson , 4 ans, à l'école Marymount dans l'Upper East Side.

Jane Notar vient chercher la maternelle à l'école Marymount sur la Cinquième Avenue. Elle est avec son fils Tennyson et ses amis Clementine (bandeau rouge) et Eva Rain Giles. Tamara Beckwith

"Elle préfère que maman porte des pantalons et des pulls Tod's et kaki d'Ann Taylor. Elle aimerait que [je] sois moins ostentatoire », déclare Jane, ancienne mannequin et épouse actuelle de l'imprésario de la vie nocturne Richie Notar, 56 ans. avec la foule.

"Il n'y a pratiquement personne que je connais qui n'ait pas l'air sexy quand ils sont à l'école." De plus, dit-elle, « je me sens plus sexy maintenant qu'avant d'avoir des enfants. Je peux le basculer. . . Vous pouvez porter des choses courtes, mais cela peut toujours avoir de l'élégance.

Victoria Beckham et sa fille Harper Beckham en 2011. Getty Images

Victoria Beckham peut comprendre. La Spice Girl, devenue créatrice de mode, a révélé au Telegraph britannique plus tôt cette semaine qu'elle passait "des âges absolus" à penser à ses tenues, y compris ses ensembles scolaires.

"Je pense à ce que je vais porter le lendemain quand je suis allongé au lit tous les soirs", a déclaré le Britannique de 42 ans.

Mais ses quatre enfants n'apprécient pas toujours l'effort.

"Les enfants me disent définitivement quand ils aiment ce que je porte", a déclaré Beckham. « J'avais quelque chose à emporter pour aller chercher [ma fille de 5 ans] Harper à l'école l'autre jour, et elle m'a demandé si je voulais bien ne pas porter ça. . . Je pense qu'à cet âge, ils veulent juste que tu te fondes en quelque sorte, n'est-ce pas ?

Pour certaines femmes, se préparer pour le cours va bien au-delà d'une virée shopping chez Barneys et d'éruptions deux fois par semaine.

Au cours des « dernières semaines d'août, les mamans – en particulier les jeunes mamans – veulent se préparer pour l'année scolaire de leur enfant. Ce ne sont pas seulement des cahiers et des sacs à dos qu'ils achètent », explique le Dr Norman Rowe, chirurgien plasticien de l'Upper East Side. "[Ils] rendent visite à leurs chirurgiens plasticiens pour bien paraître pour le dépôt de leurs enfants."

Sa propre femme, Mia, 32 ans et mère d'une fille de 10 ans et d'un garçon de 7 ans, ajoute : « C'est intense – toutes les écoles privées sont . . . [et] vous voulez que les gens vous parlent.

Melisa Lazarus Fourni par Melisa Lazaru

Mais vous ne voulez pas que les gens parlent de vous, ce qui a été un problème pour Melisa Lazarus, 35 ans, une SAHM qui vit dans les cinq villes, LI, et transporte ses trois enfants tout en resplendissante dans un pantalon en cuir moulant, très haut talons, cheveux soufflés et maquillage complet.

« [Les autres mères] ne m'aiment pas vraiment », dit la mère d'un garçon de 9 ans et de deux filles de 7 et 3 ans. journée' . . . [ou] « Pourquoi es-tu habillé comme ça ? Vas-tu quelque part?' "

Cependant, son mari ne s'en soucie pas. Il apprécie qu'elle ne porte pas de pantalons de yoga et de t-shirts, comme beaucoup d'autres mamans de leur école privée.

« [Il] adore ça – il dit que je prends soin [de] moi-même », dit Lazare. «Il dit que les vêtements d'entraînement sont pour la salle de gym. Vous ne pouvez pas être dans des vêtements de sport et à la mode.

Mais ses enfants attrapent des critiques de leurs pairs.

Lazare se souvient que son fils de 9 ans se plaignait de son camarade de classe. « Quelqu'un dans ma classe a demandé pourquoi tu portes toujours des talons », lui a-t-il dit. Sa réponse ? "Demandez-lui pourquoi sa mère porte toujours des chaussures plates."


Ces mamans chaudes adorent se pavaner à la sortie de l'école

C'est la veille du premier jour d'école et Jennifer Diel panique à propos de ce qu'elle doit porter.

« J'avais l'habitude de travailler et j'aime m'habiller », explique Diel, une jolie brune qui travaillait auparavant dans la publicité et qui est maintenant mère au foyer de deux enfants à Merrick, LI.

« J'aime l'attention. Il n'y a rien de mal à avoir l'air sexy », ajoute la femme de 37 ans, qui dépose ses filles, âgées de 5 et 7 ans, à l'école publique portant des combinaisons élégantes ASOS, des débardeurs et des jeans McGuire coûteux, des talons Chanel ou Gucci et un visage intégral. de maquillage. "Je suis plus belle que jamais, surtout après avoir eu deux enfants."

Oubliez de vous soucier de savoir si les adolescents et les préadolescents respectent le code vestimentaire. De nos jours, ce sont les mamans qui ont trop chaud pour l'école, enfilant des talons hauts, des robes sexy et des étiquettes voyantes juste pour décharger et ramasser les enfants.

Pourquoi les célébrités copient toujours la robe de Liz Hurley 20 ans plus tard

Partagez ceci :

« J'ai vu de plus en plus de mamans s'habiller pour être déposées : des cheveux parfaits, drapés en Chanel, parfaits de la tête aux pieds », déclare Lyss Stern, une mère de Midtown East qui dirige le célèbre blog de maman Divalysscious Moms. . « Les SAHM [les mères au foyer] veulent toujours se sentir sexy », explique Stern, dont les deux fils fréquentent l'école publique. "Ils sont habillés de jeans skinny et de talons aiguilles trois mois après avoir eu un bébé."

Pour les mamans chaudes, le défilé de mode de l'école est le point culminant de leur journée. Bianca Jebbia, 42 ans, déteste quand ses enfants doivent rester à la maison malades, car cela signifie qu'elle ne peut pas se pavaner.

«Je suis vraiment déprimée», dit la «maman mignonne, petite et sexy» qui se décrit elle-même, qui a «une grande anxiété» quant à ce qu'il faut porter chaque jour et à la meilleure façon de coiffer son sac à main Chanel, ses lunettes de soleil Tom Ford, ses hauts Isabel Marant et Chaussures Miu Miu. Cela ne la dérange pas que ses vêtements fassent croire aux autres parents qu'elle se dirige ailleurs que chez Whole Foods.

"Ils pensent que je vais travailler après - que j'ai une réunion pour laquelle je m'habille", dit-elle.

Les règles sont tacites mais strictes.

Pour les mamans chaudes, le défilé de mode de l'école est le point culminant de leur journée.

"Ne portez pas la grande fourrure quand tout le monde fait un peu de cachemire - vous ne voulez pas avoir l'air trop flashy", explique Caitlin, 45 ans, une SAHM blonde sculpturale qui détient un doctorat. en philosophie et a refusé de donner son nom de famille pour des raisons personnelles.

Une résidente de Gramercy dont la fille est inscrite à la Village Community School de West Village, où les acteurs Paul Rudd et Edie Falco envoient également leurs enfants, ajoute Caitlin : « Vous êtes un peu jugé. Les enseignants remarquent. Les mamans new-yorkaises se soucient beaucoup de s'intégrer les unes aux autres. Je ressens un peu de pression pour bien représenter ma famille et montrer du respect à l'école. Et vous voulez être dans le mix, vous voulez faire passer le message : la mode compte.

Mais tous les enfants n'aiment pas la façon dont leurs mères les représentent.

Jane Notar, 37 ans, dit que sa fille Harlow est "mortifiée" par les mini-robes, les hauts Intermix à épaules dénudées et les cuissardes Stuart Weitzman qu'elle porte pour emmener la fillette de 10 ans et son frère Tennyson , 4 ans, à l'école Marymount dans l'Upper East Side.

Jane Notar vient chercher la maternelle à l'école Marymount sur la Cinquième Avenue. Elle est avec son fils Tennyson et ses amis Clementine (bandeau rouge) et Eva Rain Giles. Tamara Beckwith

"Elle préfère que maman porte des pantalons et des pulls Tod's et kaki d'Ann Taylor. Elle souhaite que [je] sois moins ostentatoire », déclare Jane, ancienne mannequin et épouse actuelle de l'imprésario de la vie nocturne Richie Notar, 56 ans. avec la foule.

"Il n'y a pratiquement personne que je connais qui n'ait pas l'air sexy quand ils sont à l'école." De plus, dit-elle, « je me sens plus sexy maintenant qu'avant d'avoir des enfants. Je peux le basculer. . . Vous pouvez porter des choses courtes, mais cela peut toujours avoir de l'élégance.

Victoria Beckham et sa fille Harper Beckham en 2011. Getty Images

Victoria Beckham peut comprendre. La Spice Girl devenue créatrice de mode a révélé au Telegraph du Royaume-Uni plus tôt cette semaine qu'elle passait "des âges absolus" à penser à ses tenues, y compris ses ensembles scolaires.

"Je pense à ce que je vais porter le lendemain quand je suis allongé au lit tous les soirs", a déclaré le Britannique de 42 ans.

Mais ses quatre enfants n'apprécient pas toujours l'effort.

"Les enfants me disent définitivement quand ils aiment ce que je porte", a déclaré Beckham. « J'avais quelque chose à emporter pour aller chercher [ma fille de 5 ans] Harper à l'école l'autre jour, et elle m'a demandé si je voulais bien ne pas porter ça. . . Je pense qu'à cet âge, ils veulent juste que tu te fondes en quelque sorte, n'est-ce pas ?

Pour certaines femmes, se préparer pour le cours va bien au-delà d'une virée shopping chez Barneys et d'éruptions deux fois par semaine.

Au cours des « dernières semaines d'août, les mamans – en particulier les jeunes mamans – veulent se préparer pour l'année scolaire de leur enfant. Ce ne sont pas seulement des cahiers et des sacs à dos qu'ils achètent », explique le Dr Norman Rowe, chirurgien plasticien de l'Upper East Side. "[Ils] rendent visite à leurs chirurgiens plasticiens pour bien paraître pour le dépôt de leurs enfants."

Sa propre femme, Mia, 32 ans et mère d'une fille de 10 ans et d'un garçon de 7 ans, ajoute : « C'est intense – toutes les écoles privées sont . . . [et] vous voulez que les gens vous parlent.

Melisa Lazarus Fourni par Melisa Lazaru

Mais vous ne voulez pas que les gens parlent de vous, ce qui a été un problème pour Melisa Lazarus, 35 ans, une SAHM qui vit dans les cinq villes, LI, et transporte ses trois enfants tout en resplendissante dans un pantalon en cuir moulant, très haut talons, cheveux soufflés et maquillage complet.

« [Les autres mères] ne m'aiment pas vraiment », dit la mère d'un garçon de 9 ans et de deux filles de 7 et 3 ans. journée' . . . [ou] « Pourquoi es-tu habillé comme ça ? Vas-tu quelque part?' "

Cependant, son mari ne s'en soucie pas. Il apprécie qu'elle ne porte pas de pantalons de yoga et de t-shirts, comme beaucoup d'autres mamans de leur école privée.

« [Il] adore ça – il dit que je prends soin [de] moi-même », dit Lazare. « Il dit que les vêtements d'entraînement sont pour la salle de gym. Vous ne pouvez pas être dans des vêtements de sport et à la mode.

Mais ses enfants attrapent des critiques de leurs pairs.

Lazare se souvient que son fils de 9 ans se plaignait de son camarade de classe. « Quelqu'un dans ma classe a demandé pourquoi tu portes toujours des talons », lui a-t-il dit. Sa réponse ? "Demandez-lui pourquoi sa mère porte toujours des chaussures plates."


Ces mamans chaudes adorent se pavaner à la sortie de l'école

C'est la veille du premier jour d'école et Jennifer Diel panique à propos de ce qu'elle doit porter.

« Avant, je travaillais et j'aime m'habiller », explique Diel, une jolie brune qui travaillait auparavant dans la publicité et qui est maintenant mère au foyer de deux enfants à Merrick, LI.

« J'aime l'attention. Il n'y a rien de mal à avoir l'air sexy », ajoute la femme de 37 ans, qui dépose ses filles, âgées de 5 et 7 ans, à l'école publique portant des combinaisons élégantes ASOS, des débardeurs et des jeans McGuire coûteux, des talons Chanel ou Gucci et un visage intégral. de maquillage. "Je suis plus belle que jamais, surtout après avoir eu deux enfants."

Oubliez de vous soucier de savoir si les adolescents et les préadolescents respectent le code vestimentaire. De nos jours, ce sont les mamans qui ont trop chaud pour l'école, enfilant des talons hauts, des robes sexy et des étiquettes voyantes juste pour décharger et ramasser les enfants.

Pourquoi les célébrités copient toujours la robe de Liz Hurley 20 ans plus tard

Partagez ceci :

« J'ai vu de plus en plus de mamans s'habiller pour être déposées : des cheveux parfaits, drapés en Chanel, parfaits de la tête aux pieds », déclare Lyss Stern, une mère de Midtown East qui dirige le célèbre blog de maman Divalysscious Moms. . « Les SAHM [les mères au foyer] veulent toujours se sentir sexy », explique Stern, dont les deux fils fréquentent l'école publique. "Ils sont habillés de jeans skinny et de talons aiguilles trois mois après avoir eu un bébé."

Pour les mamans chaudes, le défilé de mode de l'école est le point culminant de leur journée. Bianca Jebbia, 42 ans, déteste quand ses enfants doivent rester à la maison malades, car cela signifie qu'elle ne peut pas se pavaner.

«Je suis vraiment déprimée», dit la «maman mignonne, petite et sexy» qui se décrit elle-même, qui a «une anxiété majeure» quant à ce qu'il faut porter chaque jour et à la meilleure façon de coiffer son sac à main Chanel, ses lunettes de soleil Tom Ford, ses hauts Isabel Marant et Chaussures Miu Miu. Cela ne la dérange pas que ses vêtements fassent croire aux autres parents qu'elle se dirige ailleurs que chez Whole Foods.

"Ils pensent que je vais travailler après - que j'ai une réunion pour laquelle je m'habille", dit-elle.

Les règles sont tacites mais strictes.

Pour les mamans chaudes, le défilé de mode de l'école est le point culminant de leur journée.

"Ne portez pas la grande fourrure quand tout le monde fait un peu de cachemire - vous ne voulez pas avoir l'air trop flashy", explique Caitlin, 45 ans, une SAHM blonde sculpturale qui détient un doctorat. en philosophie et a refusé de donner son nom de famille pour des raisons personnelles.

Une résidente de Gramercy dont la fille est inscrite à la Village Community School de West Village, où les acteurs Paul Rudd et Edie Falco envoient également leurs enfants, ajoute Caitlin : « Vous êtes un peu jugé. Les enseignants remarquent. Les mamans new-yorkaises se soucient beaucoup de s'intégrer les unes aux autres. Je ressens un peu de pression pour bien représenter ma famille et montrer du respect à l'école. Et vous voulez être dans le mix, vous voulez faire passer le message : la mode compte.

Mais tous les enfants n'aiment pas la façon dont leurs mères les représentent.

Jane Notar, 37 ans, dit que sa fille Harlow est "mortifiée" par les minirobes, les hauts Intermix à épaules dénudées et les cuissardes Stuart Weitzman qu'elle porte pour emmener la fillette de 10 ans et son frère Tennyson , 4 ans, à l'école Marymount dans l'Upper East Side.

Jane Notar vient chercher la maternelle à l'école Marymount sur la Cinquième Avenue. Elle est avec son fils Tennyson et ses amis Clementine (bandeau rouge) et Eva Rain Giles. Tamara Beckwith

"Elle préfère que maman porte des pantalons et des pulls Tod's et kaki d'Ann Taylor. Elle souhaite que [je] sois moins ostentatoire », déclare Jane, ancienne mannequin et épouse actuelle de l'imprésario de la vie nocturne Richie Notar, 56 ans. avec la foule.

"Il n'y a pratiquement personne que je connais qui n'ait pas l'air sexy quand ils sont à l'école." De plus, dit-elle, « je me sens plus sexy maintenant qu'avant d'avoir des enfants. Je peux le basculer. . . Vous pouvez porter des choses courtes, mais cela peut toujours avoir de l'élégance.

Victoria Beckham et sa fille Harper Beckham en 2011. Getty Images

Victoria Beckham peut comprendre. La Spice Girl devenue créatrice de mode a révélé au Telegraph du Royaume-Uni plus tôt cette semaine qu'elle passait "des âges absolus" à penser à ses tenues, y compris ses ensembles scolaires.

"Je pense à ce que je vais porter le lendemain quand je suis allongé au lit tous les soirs", a déclaré le Britannique de 42 ans.

Mais ses quatre enfants n'apprécient pas toujours l'effort.

"Les enfants me disent définitivement quand ils aiment ce que je porte", a déclaré Beckham. « J'avais quelque chose à emporter pour aller chercher [ma fille de 5 ans] Harper à l'école l'autre jour, et elle m'a demandé si je voulais bien ne pas porter ça. . . Je pense qu'à cet âge, ils veulent juste que tu te fondes en quelque sorte, n'est-ce pas ?

Pour certaines femmes, se préparer pour le cours va bien au-delà d'une virée shopping chez Barneys et d'éruptions deux fois par semaine.

Au cours des « dernières semaines d'août, les mamans – en particulier les jeunes mamans – veulent se préparer pour l'année scolaire de leur enfant. Ce ne sont pas seulement des cahiers et des sacs à dos qu'ils achètent », explique le Dr Norman Rowe, chirurgien plasticien de l'Upper East Side. "[Ils] rendent visite à leurs chirurgiens plasticiens pour bien paraître pour le dépôt de leurs enfants."

Sa propre femme, Mia, 32 ans et mère d'une fille de 10 ans et d'un garçon de 7 ans, ajoute : « C'est intense – toutes les écoles privées sont . . . [et] vous voulez que les gens vous parlent.

Melisa Lazarus Fourni par Melisa Lazaru

Mais vous ne voulez pas que les gens parlent de vous, ce qui a été un problème pour Melisa Lazarus, 35 ans, une SAHM qui vit dans les cinq villes, LI, et transporte ses trois enfants tout en resplendissante dans un pantalon en cuir moulant, très haut talons, cheveux soufflés et maquillage complet.

« [Les autres mères] ne m'aiment pas vraiment », dit la mère d'un garçon de 9 ans et de deux filles de 7 et 3 ans. journée' . . . [ou] « Pourquoi es-tu habillé comme ça ? Vas-tu quelque part?' "

Cependant, son mari ne s'en soucie pas. Il apprécie qu'elle ne porte pas de pantalons de yoga et de t-shirts, comme beaucoup d'autres mamans de leur école privée.

« [Il] adore ça – il dit que je prends soin [de] moi-même », dit Lazare. «Il dit que les vêtements d'entraînement sont pour la salle de gym. Vous ne pouvez pas être dans des vêtements de sport et à la mode.

Mais ses enfants attrapent des critiques de leurs pairs.

Lazare se souvient que son fils de 9 ans se plaignait de son camarade de classe. « Quelqu'un dans ma classe a demandé pourquoi tu portes toujours des talons », lui a-t-il dit. Sa réponse ? "Demandez-lui pourquoi sa mère porte toujours des chaussures plates."


Ces mamans chaudes adorent se pavaner à la sortie de l'école

C'est la veille du premier jour d'école et Jennifer Diel panique à propos de ce qu'elle doit porter.

« Avant, je travaillais et j'aime m'habiller », explique Diel, une jolie brune qui travaillait auparavant dans la publicité et qui est maintenant mère au foyer de deux enfants à Merrick, LI.

« J'aime l'attention. Il n'y a rien de mal à avoir l'air sexy », ajoute la femme de 37 ans, qui dépose ses filles, âgées de 5 et 7 ans, à l'école publique portant des combinaisons élégantes ASOS, des débardeurs et des jeans McGuire coûteux, des talons Chanel ou Gucci et un visage intégral. de maquillage. "Je suis plus belle que jamais, surtout après avoir eu deux enfants."

Oubliez de vous soucier de savoir si les adolescents et les préadolescents respectent le code vestimentaire. De nos jours, ce sont les mamans qui ont trop chaud pour l'école, enfilant des talons hauts, des robes sexy et des étiquettes voyantes juste pour décharger et ramasser les enfants.

Pourquoi les célébrités copient toujours la robe de Liz Hurley 20 ans plus tard

Partagez ceci :

« J'ai vu de plus en plus de mamans s'habiller pour être déposées : des cheveux parfaits, drapés en Chanel, parfaits de la tête aux pieds », déclare Lyss Stern, une mère de Midtown East qui dirige le célèbre blog de maman Divalysscious Moms. . « Les SAHM [les mères au foyer] veulent toujours se sentir sexy », explique Stern, dont les deux fils fréquentent l'école publique. "Ils sont habillés de jeans skinny et de talons aiguilles trois mois après avoir eu un bébé."

Pour les mamans chaudes, le défilé de mode de l'école est le point culminant de leur journée. Bianca Jebbia, 42 ans, déteste quand ses enfants doivent rester à la maison malades, car cela signifie qu'elle ne peut pas se pavaner.

«Je suis vraiment déprimée», dit la «maman mignonne, petite et sexy» qui se décrit elle-même, qui a «une anxiété majeure» quant à ce qu'il faut porter chaque jour et à la meilleure façon de coiffer son sac à main Chanel, ses lunettes de soleil Tom Ford, ses hauts Isabel Marant et Chaussures Miu Miu. Cela ne la dérange pas que ses vêtements fassent croire aux autres parents qu'elle se dirige ailleurs que chez Whole Foods.

"Ils pensent que je vais travailler après - que j'ai une réunion pour laquelle je m'habille", dit-elle.

Les règles sont tacites mais strictes.

Pour les mamans chaudes, le défilé de mode de l'école est le point culminant de leur journée.

"Ne portez pas la grande fourrure quand tout le monde fait un peu de cachemire - vous ne voulez pas avoir l'air trop flashy", explique Caitlin, 45 ans, une SAHM blonde sculpturale qui détient un doctorat. en philosophie et a refusé de donner son nom de famille pour des raisons personnelles.

Une résidente de Gramercy dont la fille est inscrite à la Village Community School de West Village, où les acteurs Paul Rudd et Edie Falco envoient également leurs enfants, ajoute Caitlin : « Vous êtes un peu jugé. Les enseignants remarquent. Les mamans new-yorkaises se soucient beaucoup de s'intégrer les unes aux autres. Je ressens un peu de pression pour bien représenter ma famille et montrer du respect à l'école. Et vous voulez être dans le mix, vous voulez faire passer le message : la mode compte.

Mais tous les enfants n'aiment pas la façon dont leurs mères les représentent.

Jane Notar, 37 ans, dit que sa fille Harlow est "mortifiée" par les minirobes, les hauts Intermix à épaules dénudées et les cuissardes Stuart Weitzman qu'elle porte pour emmener la fillette de 10 ans et son frère Tennyson , 4 ans, à l'école Marymount dans l'Upper East Side.

Jane Notar vient chercher la maternelle à l'école Marymount sur la Cinquième Avenue. She is with her son Tennyson and friends Clementine(red headband) and Eva Rain Giles. Tamara Beckwith

“She prefers Mama to wear Tod’s and khaki pants and sweaters from Ann Taylor. She wishes [I] were less ostentatious,” says Jane, a former model and current wife of nightlife impresario Richie Notar, 56. But she says her kids will have to learn to live with their mother’s risqué looks — she insists she’s just going along with the crowd.

“There’s hardly anyone I know who doesn’t look hot when they’re at school.” Besides, she says, “I feel sexier now than before I had kids. I can rock it . . . You can wear short things, but it can still have elegance.”

Victoria Beckham and daughter Harper Beckham in 2011. Getty Images

Victoria Beckham can relate. The Spice Girl-turned-fashion designer revealed to the UK’s Telegraph earlier this week that she spends “absolute ages” thinking of her outfits, including her school pick-up ensembles.

“I think about what I’m going to wear the next day when I’m laying in bed every night,” the 42-year-old Brit said.

But her four children don’t always appreciate the effort.

“The kids definitely tell me when they like what I’m wearing,” Beckham said. “I had something on to pick up [my 5-year-old daughter] Harper from school the other day, and she asked me if I would please not wear that . . . I think at that age they just want you to sort of blend in, don’t they?”

For some ladies, getting ready for class goes far beyond a Barneys shopping spree and twice-weekly blowouts.

In the “last couple of weeks of August, moms — particularly younger moms — want to get ready for their child’s school year. It’s not just notebooks and backpacks they shop for,” says Dr. Norman Rowe, an Upper East Side plastic surgeon. “[They’re] visiting their plastic surgeons to look good for their children’s drop-off.”

His own wife, Mia, 32 and a mother of a 10-year-old girl and 7-year-old boy, adds, “It’s intense — all private schools are . . . [and] you want people to talk to you.”

Melisa Lazarus Provided by Melisa Lazaru

But you don’t want people to talk about you, which has been an issue for Melisa Lazarus, 35, a SAHM who lives in the Five Towns, LI, and carts her three kids around while resplendent in tight leather pants, sky-high heels, blown-out hair and full makeup.

“[The other mothers] don’t really like me,” says the mother of a 9-year-old boy and two girls, ages 7 and 3. “They say, ‘I like your makeup, but maybe it’s not for the day’ . . . [or] ‘Why are you dressed like that? Are you going anywhere?’ ”

He husband, however, doesn’t mind. He appreciates that she isn’t sporting yoga pants and T-shirts, like many of the other mommies at their private school.

“[He] loves it — he says that I take care [of] myself,” says Lazarus. “He says workout clothes are for the gym. You can’t be in workout clothes and in fashion.”

But her kids do catch some flak from their peers.

Lazarus recalls her 9-year-old son complaining about his classmate. “Someone in my class asked why you always wear heels,” he told her. Sa réponse ? “Ask him why his mom always wears flats.”


These hot moms love to strut their stuff at school drop-off

It’s the night before the first day of school, and Jennifer Diel is freaking out about what to wear.

“I used to work, and I like to dress,” says Diel, a pretty brunette who formerly worked in advertising and is now a stay-at-home mother of two in Merrick, LI.

“I love the attention. There’s nothing wrong with looking hot,” adds the 37-year-old, who drops off her daughters, ages 5 and 7, at public school wearing sleek ASOS jumpsuits, tank tops and pricey McGuire jeans, Chanel or Gucci heels and a full face of makeup. “I look better than ever, especially after having two kids.”

Forget worrying about whether teens and tweens are adhering to the dress code. These days, it’s the moms who are too hot for school, donning high heels, sexy frocks and conspicuous labels just to unload and pick up the kids.

Why celebs are still copying Liz Hurley's dress 20 years later

Partagez ceci :

“I’ve seen the trend more and more of moms dressing up for drop-off — hair perfect, draped in Chanel, head-to-toe perfect,” says Lyss Stern, a Midtown East mother who runs the popular mommy blog Divalysscious Moms. “SAHMs [stay-at-home moms] want to still feel sexy,” says Stern, whose two sons attend public school. “They’re dressed up in skinny jeans and stilettos three months after having a baby.”

For hot mamas, the school fashion show is the highlight of their day. Bianca Jebbia, 42, hates it when her kids have to stay home sick, because it means she doesn’t get to strut her stuff.

“I get really depressed,” says the self-described “cute, little, sexy mom,” who has “major anxiety” about what to wear each day and how best to style her Chanel purse, Tom Ford sunglasses, Isabel Marant tops and Miu Miu shoes. She doesn’t mind that her clothes make other parents assume she’s headed somewhere other than Whole Foods.

“They think I’m going to work after — that I have a meeting I’m dressing up for,” she says.

The rules are unspoken but strict.

For hot mamas, the school fashion show is the highlight of their day.

“Don’t wear the big fur when everyone’s doing a little cashmere — you don’t want to look too flashy,” says Caitlin, 45, a statuesque, blond SAHM who holds a Ph.D. in philosophy and declined to give her last name for personal reasons.

A Gramercy resident whose daughter is enrolled at the Village Community School in the West Village, where actors Paul Rudd and Edie Falco also send their kids, Caitlin adds, “You’re being a little bit judged. The teachers notice. New York moms care a lot about fitting in with each other. I feel a little pressure to represent my family really well, and show respect to the school. And you want to be in the mix — you want to send the message: Fashion matters.”

But not all kids love how their moms are representing them.

Jane Notar, 37, says her daughter Harlow is “mortified” by the minidresses, off-the-shoulder Intermix tops and over-the-knee thigh-high Stuart Weitzman boots she wears to take the 10-year-old and her brother Tennyson, 4, to the Marymount School on the Upper East Side.

Jane Notar does pick up for preschool at Marymount school on Fifth Avenue. She is with her son Tennyson and friends Clementine(red headband) and Eva Rain Giles. Tamara Beckwith

“She prefers Mama to wear Tod’s and khaki pants and sweaters from Ann Taylor. She wishes [I] were less ostentatious,” says Jane, a former model and current wife of nightlife impresario Richie Notar, 56. But she says her kids will have to learn to live with their mother’s risqué looks — she insists she’s just going along with the crowd.

“There’s hardly anyone I know who doesn’t look hot when they’re at school.” Besides, she says, “I feel sexier now than before I had kids. I can rock it . . . You can wear short things, but it can still have elegance.”

Victoria Beckham and daughter Harper Beckham in 2011. Getty Images

Victoria Beckham can relate. The Spice Girl-turned-fashion designer revealed to the UK’s Telegraph earlier this week that she spends “absolute ages” thinking of her outfits, including her school pick-up ensembles.

“I think about what I’m going to wear the next day when I’m laying in bed every night,” the 42-year-old Brit said.

But her four children don’t always appreciate the effort.

“The kids definitely tell me when they like what I’m wearing,” Beckham said. “I had something on to pick up [my 5-year-old daughter] Harper from school the other day, and she asked me if I would please not wear that . . . I think at that age they just want you to sort of blend in, don’t they?”

For some ladies, getting ready for class goes far beyond a Barneys shopping spree and twice-weekly blowouts.

In the “last couple of weeks of August, moms — particularly younger moms — want to get ready for their child’s school year. It’s not just notebooks and backpacks they shop for,” says Dr. Norman Rowe, an Upper East Side plastic surgeon. “[They’re] visiting their plastic surgeons to look good for their children’s drop-off.”

His own wife, Mia, 32 and a mother of a 10-year-old girl and 7-year-old boy, adds, “It’s intense — all private schools are . . . [and] you want people to talk to you.”

Melisa Lazarus Provided by Melisa Lazaru

But you don’t want people to talk about you, which has been an issue for Melisa Lazarus, 35, a SAHM who lives in the Five Towns, LI, and carts her three kids around while resplendent in tight leather pants, sky-high heels, blown-out hair and full makeup.

“[The other mothers] don’t really like me,” says the mother of a 9-year-old boy and two girls, ages 7 and 3. “They say, ‘I like your makeup, but maybe it’s not for the day’ . . . [or] ‘Why are you dressed like that? Are you going anywhere?’ ”

He husband, however, doesn’t mind. He appreciates that she isn’t sporting yoga pants and T-shirts, like many of the other mommies at their private school.

“[He] loves it — he says that I take care [of] myself,” says Lazarus. “He says workout clothes are for the gym. You can’t be in workout clothes and in fashion.”

But her kids do catch some flak from their peers.

Lazarus recalls her 9-year-old son complaining about his classmate. “Someone in my class asked why you always wear heels,” he told her. Sa réponse ? “Ask him why his mom always wears flats.”


These hot moms love to strut their stuff at school drop-off

It’s the night before the first day of school, and Jennifer Diel is freaking out about what to wear.

“I used to work, and I like to dress,” says Diel, a pretty brunette who formerly worked in advertising and is now a stay-at-home mother of two in Merrick, LI.

“I love the attention. There’s nothing wrong with looking hot,” adds the 37-year-old, who drops off her daughters, ages 5 and 7, at public school wearing sleek ASOS jumpsuits, tank tops and pricey McGuire jeans, Chanel or Gucci heels and a full face of makeup. “I look better than ever, especially after having two kids.”

Forget worrying about whether teens and tweens are adhering to the dress code. These days, it’s the moms who are too hot for school, donning high heels, sexy frocks and conspicuous labels just to unload and pick up the kids.

Why celebs are still copying Liz Hurley's dress 20 years later

Partagez ceci :

“I’ve seen the trend more and more of moms dressing up for drop-off — hair perfect, draped in Chanel, head-to-toe perfect,” says Lyss Stern, a Midtown East mother who runs the popular mommy blog Divalysscious Moms. “SAHMs [stay-at-home moms] want to still feel sexy,” says Stern, whose two sons attend public school. “They’re dressed up in skinny jeans and stilettos three months after having a baby.”

For hot mamas, the school fashion show is the highlight of their day. Bianca Jebbia, 42, hates it when her kids have to stay home sick, because it means she doesn’t get to strut her stuff.

“I get really depressed,” says the self-described “cute, little, sexy mom,” who has “major anxiety” about what to wear each day and how best to style her Chanel purse, Tom Ford sunglasses, Isabel Marant tops and Miu Miu shoes. She doesn’t mind that her clothes make other parents assume she’s headed somewhere other than Whole Foods.

“They think I’m going to work after — that I have a meeting I’m dressing up for,” she says.

The rules are unspoken but strict.

For hot mamas, the school fashion show is the highlight of their day.

“Don’t wear the big fur when everyone’s doing a little cashmere — you don’t want to look too flashy,” says Caitlin, 45, a statuesque, blond SAHM who holds a Ph.D. in philosophy and declined to give her last name for personal reasons.

A Gramercy resident whose daughter is enrolled at the Village Community School in the West Village, where actors Paul Rudd and Edie Falco also send their kids, Caitlin adds, “You’re being a little bit judged. The teachers notice. New York moms care a lot about fitting in with each other. I feel a little pressure to represent my family really well, and show respect to the school. And you want to be in the mix — you want to send the message: Fashion matters.”

But not all kids love how their moms are representing them.

Jane Notar, 37, says her daughter Harlow is “mortified” by the minidresses, off-the-shoulder Intermix tops and over-the-knee thigh-high Stuart Weitzman boots she wears to take the 10-year-old and her brother Tennyson, 4, to the Marymount School on the Upper East Side.

Jane Notar does pick up for preschool at Marymount school on Fifth Avenue. She is with her son Tennyson and friends Clementine(red headband) and Eva Rain Giles. Tamara Beckwith

“She prefers Mama to wear Tod’s and khaki pants and sweaters from Ann Taylor. She wishes [I] were less ostentatious,” says Jane, a former model and current wife of nightlife impresario Richie Notar, 56. But she says her kids will have to learn to live with their mother’s risqué looks — she insists she’s just going along with the crowd.

“There’s hardly anyone I know who doesn’t look hot when they’re at school.” Besides, she says, “I feel sexier now than before I had kids. I can rock it . . . You can wear short things, but it can still have elegance.”

Victoria Beckham and daughter Harper Beckham in 2011. Getty Images

Victoria Beckham can relate. The Spice Girl-turned-fashion designer revealed to the UK’s Telegraph earlier this week that she spends “absolute ages” thinking of her outfits, including her school pick-up ensembles.

“I think about what I’m going to wear the next day when I’m laying in bed every night,” the 42-year-old Brit said.

But her four children don’t always appreciate the effort.

“The kids definitely tell me when they like what I’m wearing,” Beckham said. “I had something on to pick up [my 5-year-old daughter] Harper from school the other day, and she asked me if I would please not wear that . . . I think at that age they just want you to sort of blend in, don’t they?”

For some ladies, getting ready for class goes far beyond a Barneys shopping spree and twice-weekly blowouts.

In the “last couple of weeks of August, moms — particularly younger moms — want to get ready for their child’s school year. It’s not just notebooks and backpacks they shop for,” says Dr. Norman Rowe, an Upper East Side plastic surgeon. “[They’re] visiting their plastic surgeons to look good for their children’s drop-off.”

His own wife, Mia, 32 and a mother of a 10-year-old girl and 7-year-old boy, adds, “It’s intense — all private schools are . . . [and] you want people to talk to you.”

Melisa Lazarus Provided by Melisa Lazaru

But you don’t want people to talk about you, which has been an issue for Melisa Lazarus, 35, a SAHM who lives in the Five Towns, LI, and carts her three kids around while resplendent in tight leather pants, sky-high heels, blown-out hair and full makeup.

“[The other mothers] don’t really like me,” says the mother of a 9-year-old boy and two girls, ages 7 and 3. “They say, ‘I like your makeup, but maybe it’s not for the day’ . . . [or] ‘Why are you dressed like that? Are you going anywhere?’ ”

He husband, however, doesn’t mind. He appreciates that she isn’t sporting yoga pants and T-shirts, like many of the other mommies at their private school.

“[He] loves it — he says that I take care [of] myself,” says Lazarus. “He says workout clothes are for the gym. You can’t be in workout clothes and in fashion.”

But her kids do catch some flak from their peers.

Lazarus recalls her 9-year-old son complaining about his classmate. “Someone in my class asked why you always wear heels,” he told her. Sa réponse ? “Ask him why his mom always wears flats.”


These hot moms love to strut their stuff at school drop-off

It’s the night before the first day of school, and Jennifer Diel is freaking out about what to wear.

“I used to work, and I like to dress,” says Diel, a pretty brunette who formerly worked in advertising and is now a stay-at-home mother of two in Merrick, LI.

“I love the attention. There’s nothing wrong with looking hot,” adds the 37-year-old, who drops off her daughters, ages 5 and 7, at public school wearing sleek ASOS jumpsuits, tank tops and pricey McGuire jeans, Chanel or Gucci heels and a full face of makeup. “I look better than ever, especially after having two kids.”

Forget worrying about whether teens and tweens are adhering to the dress code. These days, it’s the moms who are too hot for school, donning high heels, sexy frocks and conspicuous labels just to unload and pick up the kids.

Why celebs are still copying Liz Hurley's dress 20 years later

Partagez ceci :

“I’ve seen the trend more and more of moms dressing up for drop-off — hair perfect, draped in Chanel, head-to-toe perfect,” says Lyss Stern, a Midtown East mother who runs the popular mommy blog Divalysscious Moms. “SAHMs [stay-at-home moms] want to still feel sexy,” says Stern, whose two sons attend public school. “They’re dressed up in skinny jeans and stilettos three months after having a baby.”

For hot mamas, the school fashion show is the highlight of their day. Bianca Jebbia, 42, hates it when her kids have to stay home sick, because it means she doesn’t get to strut her stuff.

“I get really depressed,” says the self-described “cute, little, sexy mom,” who has “major anxiety” about what to wear each day and how best to style her Chanel purse, Tom Ford sunglasses, Isabel Marant tops and Miu Miu shoes. She doesn’t mind that her clothes make other parents assume she’s headed somewhere other than Whole Foods.

“They think I’m going to work after — that I have a meeting I’m dressing up for,” she says.

The rules are unspoken but strict.

For hot mamas, the school fashion show is the highlight of their day.

“Don’t wear the big fur when everyone’s doing a little cashmere — you don’t want to look too flashy,” says Caitlin, 45, a statuesque, blond SAHM who holds a Ph.D. in philosophy and declined to give her last name for personal reasons.

A Gramercy resident whose daughter is enrolled at the Village Community School in the West Village, where actors Paul Rudd and Edie Falco also send their kids, Caitlin adds, “You’re being a little bit judged. The teachers notice. New York moms care a lot about fitting in with each other. I feel a little pressure to represent my family really well, and show respect to the school. And you want to be in the mix — you want to send the message: Fashion matters.”

But not all kids love how their moms are representing them.

Jane Notar, 37, says her daughter Harlow is “mortified” by the minidresses, off-the-shoulder Intermix tops and over-the-knee thigh-high Stuart Weitzman boots she wears to take the 10-year-old and her brother Tennyson, 4, to the Marymount School on the Upper East Side.

Jane Notar does pick up for preschool at Marymount school on Fifth Avenue. She is with her son Tennyson and friends Clementine(red headband) and Eva Rain Giles. Tamara Beckwith

“She prefers Mama to wear Tod’s and khaki pants and sweaters from Ann Taylor. She wishes [I] were less ostentatious,” says Jane, a former model and current wife of nightlife impresario Richie Notar, 56. But she says her kids will have to learn to live with their mother’s risqué looks — she insists she’s just going along with the crowd.

“There’s hardly anyone I know who doesn’t look hot when they’re at school.” Besides, she says, “I feel sexier now than before I had kids. I can rock it . . . You can wear short things, but it can still have elegance.”

Victoria Beckham and daughter Harper Beckham in 2011. Getty Images

Victoria Beckham can relate. The Spice Girl-turned-fashion designer revealed to the UK’s Telegraph earlier this week that she spends “absolute ages” thinking of her outfits, including her school pick-up ensembles.

“I think about what I’m going to wear the next day when I’m laying in bed every night,” the 42-year-old Brit said.

But her four children don’t always appreciate the effort.

“The kids definitely tell me when they like what I’m wearing,” Beckham said. “I had something on to pick up [my 5-year-old daughter] Harper from school the other day, and she asked me if I would please not wear that . . . I think at that age they just want you to sort of blend in, don’t they?”

For some ladies, getting ready for class goes far beyond a Barneys shopping spree and twice-weekly blowouts.

In the “last couple of weeks of August, moms — particularly younger moms — want to get ready for their child’s school year. It’s not just notebooks and backpacks they shop for,” says Dr. Norman Rowe, an Upper East Side plastic surgeon. “[They’re] visiting their plastic surgeons to look good for their children’s drop-off.”

His own wife, Mia, 32 and a mother of a 10-year-old girl and 7-year-old boy, adds, “It’s intense — all private schools are . . . [and] you want people to talk to you.”

Melisa Lazarus Provided by Melisa Lazaru

But you don’t want people to talk about you, which has been an issue for Melisa Lazarus, 35, a SAHM who lives in the Five Towns, LI, and carts her three kids around while resplendent in tight leather pants, sky-high heels, blown-out hair and full makeup.

“[The other mothers] don’t really like me,” says the mother of a 9-year-old boy and two girls, ages 7 and 3. “They say, ‘I like your makeup, but maybe it’s not for the day’ . . . [or] ‘Why are you dressed like that? Are you going anywhere?’ ”

He husband, however, doesn’t mind. He appreciates that she isn’t sporting yoga pants and T-shirts, like many of the other mommies at their private school.

“[He] loves it — he says that I take care [of] myself,” says Lazarus. “He says workout clothes are for the gym. You can’t be in workout clothes and in fashion.”

But her kids do catch some flak from their peers.

Lazarus recalls her 9-year-old son complaining about his classmate. “Someone in my class asked why you always wear heels,” he told her. Sa réponse ? “Ask him why his mom always wears flats.”


These hot moms love to strut their stuff at school drop-off

It’s the night before the first day of school, and Jennifer Diel is freaking out about what to wear.

“I used to work, and I like to dress,” says Diel, a pretty brunette who formerly worked in advertising and is now a stay-at-home mother of two in Merrick, LI.

“I love the attention. There’s nothing wrong with looking hot,” adds the 37-year-old, who drops off her daughters, ages 5 and 7, at public school wearing sleek ASOS jumpsuits, tank tops and pricey McGuire jeans, Chanel or Gucci heels and a full face of makeup. “I look better than ever, especially after having two kids.”

Forget worrying about whether teens and tweens are adhering to the dress code. These days, it’s the moms who are too hot for school, donning high heels, sexy frocks and conspicuous labels just to unload and pick up the kids.

Why celebs are still copying Liz Hurley's dress 20 years later

Partagez ceci :

“I’ve seen the trend more and more of moms dressing up for drop-off — hair perfect, draped in Chanel, head-to-toe perfect,” says Lyss Stern, a Midtown East mother who runs the popular mommy blog Divalysscious Moms. “SAHMs [stay-at-home moms] want to still feel sexy,” says Stern, whose two sons attend public school. “They’re dressed up in skinny jeans and stilettos three months after having a baby.”

For hot mamas, the school fashion show is the highlight of their day. Bianca Jebbia, 42, hates it when her kids have to stay home sick, because it means she doesn’t get to strut her stuff.

“I get really depressed,” says the self-described “cute, little, sexy mom,” who has “major anxiety” about what to wear each day and how best to style her Chanel purse, Tom Ford sunglasses, Isabel Marant tops and Miu Miu shoes. She doesn’t mind that her clothes make other parents assume she’s headed somewhere other than Whole Foods.

“They think I’m going to work after — that I have a meeting I’m dressing up for,” she says.

The rules are unspoken but strict.

For hot mamas, the school fashion show is the highlight of their day.

“Don’t wear the big fur when everyone’s doing a little cashmere — you don’t want to look too flashy,” says Caitlin, 45, a statuesque, blond SAHM who holds a Ph.D. in philosophy and declined to give her last name for personal reasons.

A Gramercy resident whose daughter is enrolled at the Village Community School in the West Village, where actors Paul Rudd and Edie Falco also send their kids, Caitlin adds, “You’re being a little bit judged. The teachers notice. New York moms care a lot about fitting in with each other. I feel a little pressure to represent my family really well, and show respect to the school. And you want to be in the mix — you want to send the message: Fashion matters.”

But not all kids love how their moms are representing them.

Jane Notar, 37, says her daughter Harlow is “mortified” by the minidresses, off-the-shoulder Intermix tops and over-the-knee thigh-high Stuart Weitzman boots she wears to take the 10-year-old and her brother Tennyson, 4, to the Marymount School on the Upper East Side.

Jane Notar does pick up for preschool at Marymount school on Fifth Avenue. She is with her son Tennyson and friends Clementine(red headband) and Eva Rain Giles. Tamara Beckwith

“She prefers Mama to wear Tod’s and khaki pants and sweaters from Ann Taylor. She wishes [I] were less ostentatious,” says Jane, a former model and current wife of nightlife impresario Richie Notar, 56. But she says her kids will have to learn to live with their mother’s risqué looks — she insists she’s just going along with the crowd.

“There’s hardly anyone I know who doesn’t look hot when they’re at school.” Besides, she says, “I feel sexier now than before I had kids. I can rock it . . . You can wear short things, but it can still have elegance.”

Victoria Beckham and daughter Harper Beckham in 2011. Getty Images

Victoria Beckham can relate. The Spice Girl-turned-fashion designer revealed to the UK’s Telegraph earlier this week that she spends “absolute ages” thinking of her outfits, including her school pick-up ensembles.

“I think about what I’m going to wear the next day when I’m laying in bed every night,” the 42-year-old Brit said.

But her four children don’t always appreciate the effort.

“The kids definitely tell me when they like what I’m wearing,” Beckham said. “I had something on to pick up [my 5-year-old daughter] Harper from school the other day, and she asked me if I would please not wear that . . . I think at that age they just want you to sort of blend in, don’t they?”

For some ladies, getting ready for class goes far beyond a Barneys shopping spree and twice-weekly blowouts.

In the “last couple of weeks of August, moms — particularly younger moms — want to get ready for their child’s school year. It’s not just notebooks and backpacks they shop for,” says Dr. Norman Rowe, an Upper East Side plastic surgeon. “[They’re] visiting their plastic surgeons to look good for their children’s drop-off.”

His own wife, Mia, 32 and a mother of a 10-year-old girl and 7-year-old boy, adds, “It’s intense — all private schools are . . . [and] you want people to talk to you.”

Melisa Lazarus Provided by Melisa Lazaru

But you don’t want people to talk about you, which has been an issue for Melisa Lazarus, 35, a SAHM who lives in the Five Towns, LI, and carts her three kids around while resplendent in tight leather pants, sky-high heels, blown-out hair and full makeup.

“[The other mothers] don’t really like me,” says the mother of a 9-year-old boy and two girls, ages 7 and 3. “They say, ‘I like your makeup, but maybe it’s not for the day’ . . . [or] ‘Why are you dressed like that? Are you going anywhere?’ ”

He husband, however, doesn’t mind. He appreciates that she isn’t sporting yoga pants and T-shirts, like many of the other mommies at their private school.

“[He] loves it — he says that I take care [of] myself,” says Lazarus. “He says workout clothes are for the gym. You can’t be in workout clothes and in fashion.”

But her kids do catch some flak from their peers.

Lazarus recalls her 9-year-old son complaining about his classmate. “Someone in my class asked why you always wear heels,” he told her. Sa réponse ? “Ask him why his mom always wears flats.”


These hot moms love to strut their stuff at school drop-off

It’s the night before the first day of school, and Jennifer Diel is freaking out about what to wear.

“I used to work, and I like to dress,” says Diel, a pretty brunette who formerly worked in advertising and is now a stay-at-home mother of two in Merrick, LI.

“I love the attention. There’s nothing wrong with looking hot,” adds the 37-year-old, who drops off her daughters, ages 5 and 7, at public school wearing sleek ASOS jumpsuits, tank tops and pricey McGuire jeans, Chanel or Gucci heels and a full face of makeup. “I look better than ever, especially after having two kids.”

Forget worrying about whether teens and tweens are adhering to the dress code. These days, it’s the moms who are too hot for school, donning high heels, sexy frocks and conspicuous labels just to unload and pick up the kids.

Why celebs are still copying Liz Hurley's dress 20 years later

Partagez ceci :

“I’ve seen the trend more and more of moms dressing up for drop-off — hair perfect, draped in Chanel, head-to-toe perfect,” says Lyss Stern, a Midtown East mother who runs the popular mommy blog Divalysscious Moms. “SAHMs [stay-at-home moms] want to still feel sexy,” says Stern, whose two sons attend public school. “They’re dressed up in skinny jeans and stilettos three months after having a baby.”

For hot mamas, the school fashion show is the highlight of their day. Bianca Jebbia, 42, hates it when her kids have to stay home sick, because it means she doesn’t get to strut her stuff.

“I get really depressed,” says the self-described “cute, little, sexy mom,” who has “major anxiety” about what to wear each day and how best to style her Chanel purse, Tom Ford sunglasses, Isabel Marant tops and Miu Miu shoes. She doesn’t mind that her clothes make other parents assume she’s headed somewhere other than Whole Foods.

“They think I’m going to work after — that I have a meeting I’m dressing up for,” she says.

The rules are unspoken but strict.

For hot mamas, the school fashion show is the highlight of their day.

“Don’t wear the big fur when everyone’s doing a little cashmere — you don’t want to look too flashy,” says Caitlin, 45, a statuesque, blond SAHM who holds a Ph.D. in philosophy and declined to give her last name for personal reasons.

A Gramercy resident whose daughter is enrolled at the Village Community School in the West Village, where actors Paul Rudd and Edie Falco also send their kids, Caitlin adds, “You’re being a little bit judged. The teachers notice. New York moms care a lot about fitting in with each other. I feel a little pressure to represent my family really well, and show respect to the school. And you want to be in the mix — you want to send the message: Fashion matters.”

But not all kids love how their moms are representing them.

Jane Notar, 37, says her daughter Harlow is “mortified” by the minidresses, off-the-shoulder Intermix tops and over-the-knee thigh-high Stuart Weitzman boots she wears to take the 10-year-old and her brother Tennyson, 4, to the Marymount School on the Upper East Side.

Jane Notar does pick up for preschool at Marymount school on Fifth Avenue. She is with her son Tennyson and friends Clementine(red headband) and Eva Rain Giles. Tamara Beckwith

“She prefers Mama to wear Tod’s and khaki pants and sweaters from Ann Taylor. She wishes [I] were less ostentatious,” says Jane, a former model and current wife of nightlife impresario Richie Notar, 56. But she says her kids will have to learn to live with their mother’s risqué looks — she insists she’s just going along with the crowd.

“There’s hardly anyone I know who doesn’t look hot when they’re at school.” Besides, she says, “I feel sexier now than before I had kids. I can rock it . . . You can wear short things, but it can still have elegance.”

Victoria Beckham and daughter Harper Beckham in 2011. Getty Images

Victoria Beckham can relate. The Spice Girl-turned-fashion designer revealed to the UK’s Telegraph earlier this week that she spends “absolute ages” thinking of her outfits, including her school pick-up ensembles.

“I think about what I’m going to wear the next day when I’m laying in bed every night,” the 42-year-old Brit said.

But her four children don’t always appreciate the effort.

“The kids definitely tell me when they like what I’m wearing,” Beckham said. “I had something on to pick up [my 5-year-old daughter] Harper from school the other day, and she asked me if I would please not wear that . . . I think at that age they just want you to sort of blend in, don’t they?”

For some ladies, getting ready for class goes far beyond a Barneys shopping spree and twice-weekly blowouts.

In the “last couple of weeks of August, moms — particularly younger moms — want to get ready for their child’s school year. It’s not just notebooks and backpacks they shop for,” says Dr. Norman Rowe, an Upper East Side plastic surgeon. “[They’re] visiting their plastic surgeons to look good for their children’s drop-off.”

His own wife, Mia, 32 and a mother of a 10-year-old girl and 7-year-old boy, adds, “It’s intense — all private schools are . . . [and] you want people to talk to you.”

Melisa Lazarus Provided by Melisa Lazaru

But you don’t want people to talk about you, which has been an issue for Melisa Lazarus, 35, a SAHM who lives in the Five Towns, LI, and carts her three kids around while resplendent in tight leather pants, sky-high heels, blown-out hair and full makeup.

“[The other mothers] don’t really like me,” says the mother of a 9-year-old boy and two girls, ages 7 and 3. “They say, ‘I like your makeup, but maybe it’s not for the day’ . . . [or] ‘Why are you dressed like that? Are you going anywhere?’ ”

He husband, however, doesn’t mind. He appreciates that she isn’t sporting yoga pants and T-shirts, like many of the other mommies at their private school.

“[He] loves it — he says that I take care [of] myself,” says Lazarus. “He says workout clothes are for the gym. You can’t be in workout clothes and in fashion.”

But her kids do catch some flak from their peers.

Lazarus recalls her 9-year-old son complaining about his classmate. “Someone in my class asked why you always wear heels,” he told her. Sa réponse ? “Ask him why his mom always wears flats.”


These hot moms love to strut their stuff at school drop-off

It’s the night before the first day of school, and Jennifer Diel is freaking out about what to wear.

“I used to work, and I like to dress,” says Diel, a pretty brunette who formerly worked in advertising and is now a stay-at-home mother of two in Merrick, LI.

“I love the attention. There’s nothing wrong with looking hot,” adds the 37-year-old, who drops off her daughters, ages 5 and 7, at public school wearing sleek ASOS jumpsuits, tank tops and pricey McGuire jeans, Chanel or Gucci heels and a full face of makeup. “I look better than ever, especially after having two kids.”

Forget worrying about whether teens and tweens are adhering to the dress code. These days, it’s the moms who are too hot for school, donning high heels, sexy frocks and conspicuous labels just to unload and pick up the kids.

Why celebs are still copying Liz Hurley's dress 20 years later

Partagez ceci :

“I’ve seen the trend more and more of moms dressing up for drop-off — hair perfect, draped in Chanel, head-to-toe perfect,” says Lyss Stern, a Midtown East mother who runs the popular mommy blog Divalysscious Moms. “SAHMs [stay-at-home moms] want to still feel sexy,” says Stern, whose two sons attend public school. “They’re dressed up in skinny jeans and stilettos three months after having a baby.”

For hot mamas, the school fashion show is the highlight of their day. Bianca Jebbia, 42, hates it when her kids have to stay home sick, because it means she doesn’t get to strut her stuff.

“I get really depressed,” says the self-described “cute, little, sexy mom,” who has “major anxiety” about what to wear each day and how best to style her Chanel purse, Tom Ford sunglasses, Isabel Marant tops and Miu Miu shoes. She doesn’t mind that her clothes make other parents assume she’s headed somewhere other than Whole Foods.

“They think I’m going to work after — that I have a meeting I’m dressing up for,” she says.

The rules are unspoken but strict.

For hot mamas, the school fashion show is the highlight of their day.

"Ne portez pas la grande fourrure quand tout le monde fait un peu de cachemire - vous ne voulez pas avoir l'air trop flashy", explique Caitlin, 45 ans, une SAHM blonde sculpturale qui détient un doctorat. en philosophie et a refusé de donner son nom de famille pour des raisons personnelles.

Une résidente de Gramercy dont la fille est inscrite à la Village Community School de West Village, où les acteurs Paul Rudd et Edie Falco envoient également leurs enfants, ajoute Caitlin : « Vous êtes un peu jugé. Les enseignants remarquent. Les mamans new-yorkaises se soucient beaucoup de s'intégrer les unes aux autres. Je ressens un peu de pression pour bien représenter ma famille et montrer du respect à l'école. Et vous voulez être dans le mix, vous voulez faire passer le message : la mode compte.

Mais tous les enfants n'aiment pas la façon dont leurs mères les représentent.

Jane Notar, 37 ans, dit que sa fille Harlow est "mortifiée" par les minirobes, les hauts Intermix à épaules dénudées et les cuissardes Stuart Weitzman qu'elle porte pour emmener la fillette de 10 ans et son frère Tennyson , 4 ans, à l'école Marymount dans l'Upper East Side.

Jane Notar vient chercher la maternelle à l'école Marymount sur la Cinquième Avenue. Elle est avec son fils Tennyson et ses amis Clementine (bandeau rouge) et Eva Rain Giles. Tamara Beckwith

"Elle préfère que maman porte des pantalons et des pulls Tod's et kaki d'Ann Taylor. Elle souhaite que [je] sois moins ostentatoire », déclare Jane, ancienne mannequin et épouse actuelle de l'imprésario de la vie nocturne Richie Notar, 56 ans. avec la foule.

"Il n'y a pratiquement personne que je connais qui n'ait pas l'air sexy quand ils sont à l'école." De plus, dit-elle, « je me sens plus sexy maintenant qu'avant d'avoir des enfants. Je peux le basculer. . . Vous pouvez porter des choses courtes, mais cela peut toujours avoir de l'élégance.

Victoria Beckham et sa fille Harper Beckham en 2011. Getty Images

Victoria Beckham peut comprendre. La Spice Girl devenue créatrice de mode a révélé au Telegraph du Royaume-Uni plus tôt cette semaine qu'elle passait "des âges absolus" à penser à ses tenues, y compris ses ensembles scolaires.

"Je pense à ce que je vais porter le lendemain quand je suis allongé au lit tous les soirs", a déclaré le Britannique de 42 ans.

Mais ses quatre enfants n'apprécient pas toujours l'effort.

"Les enfants me disent définitivement quand ils aiment ce que je porte", a déclaré Beckham. « J'avais quelque chose à emporter pour aller chercher [ma fille de 5 ans] Harper à l'école l'autre jour, et elle m'a demandé si je voulais bien ne pas porter ça. . . Je pense qu'à cet âge, ils veulent juste que tu te fondes en quelque sorte, n'est-ce pas ?

Pour certaines femmes, se préparer pour le cours va bien au-delà d'une virée shopping chez Barneys et d'éruptions deux fois par semaine.

Au cours des « dernières semaines d'août, les mamans – en particulier les jeunes mamans – veulent se préparer pour l'année scolaire de leur enfant. Ce ne sont pas seulement des cahiers et des sacs à dos qu'ils achètent », explique le Dr Norman Rowe, chirurgien plasticien de l'Upper East Side. "[Ils] rendent visite à leurs chirurgiens plasticiens pour bien paraître pour le dépôt de leurs enfants."

Sa propre femme, Mia, 32 ans et mère d'une fille de 10 ans et d'un garçon de 7 ans, ajoute : « C'est intense – toutes les écoles privées sont . . . [et] vous voulez que les gens vous parlent.

Melisa Lazarus Fourni par Melisa Lazaru

Mais vous ne voulez pas que les gens parlent de vous, ce qui a été un problème pour Melisa Lazarus, 35 ans, une SAHM qui vit dans les cinq villes, LI, et transporte ses trois enfants tout en resplendissante dans un pantalon en cuir moulant, très haut talons, cheveux soufflés et maquillage complet.

« [Les autres mères] ne m'aiment pas vraiment », dit la mère d'un garçon de 9 ans et de deux filles de 7 et 3 ans. journée' . . . [ou] « Pourquoi es-tu habillé comme ça ? Vas-tu quelque part?' "

Cependant, son mari ne s'en soucie pas. Il apprécie qu'elle ne porte pas de pantalons de yoga et de t-shirts, comme beaucoup d'autres mamans de leur école privée.

« [Il] adore ça – il dit que je prends soin [de] moi-même », dit Lazare. «Il dit que les vêtements d'entraînement sont pour la salle de gym. Vous ne pouvez pas être dans des vêtements de sport et à la mode.

Mais ses enfants attrapent des critiques de leurs pairs.

Lazare se souvient que son fils de 9 ans se plaignait de son camarade de classe. « Quelqu'un dans ma classe a demandé pourquoi tu portes toujours des talons », lui a-t-il dit. Sa réponse ? "Demandez-lui pourquoi sa mère porte toujours des chaussures plates."


Voir la vidéo: Katy Perry - Roar Official